2e Journée européenne de l’épilepsie

© getty

Mardi 14 février 2012 se déroulera la Journée européenne de l’épilepsie. À Grenoble, « capitale française de l'épilepsie », de grandes manifestations auront lieu autour de cette maladie qu’est l’épilepsie, avec des zooms sur les soins, larecherche publique et privée, le rôle des associations de patients, etc.

PUB

Journée porte ouverte au CHU de Grenoble

Le CHU de Grenoble ouvrira ses portes pour présenter les différents aspects de l’épilepsie (socio-éducatif, clinique, neurophysiologique, recherche). Rappelons que le CHU de Grenoble est devenu l’un des Centres français de référence dans le traitement neurochirurgical des épilepsies résistantes aux médicaments. Le pôle clinique est doublé d’une activité de recherche de haut niveau, ayant permis par exemple de mettre en évidence l'existence de « foyers » dans certaines formes d’épilepsie, et de montrer comment ces circuits nerveux sont contrôlés à distance par d’autres réseaux de neurones.

Cette 2e journée européenne de l’épilepsie sera également l’occasion de déposer une Déclaration écrite au Parlement Européen sur l'Épilepsie (n°2011-0022) visant une meilleure prise en charge de la pathologie en Europe. Cette déclaration est le fruit d’un groupe de travail impliquant les instances internationales scientifiques et associatives dédiées à l'épilepsie.

PUB
PUB

L’épilepsie : une maladie méconnue qui reste entourée de lourds préjugés

500.000 Français sont touchés par cette maladieneurologique et 30.000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Selon l'OMS, en 2010, l'épilepsie était la maladie neurologique handicapante la plus répandue en Europe, affectant 6 millions de patients de tout âge et de toutes conditions sociales. L’épilepsie est aussi l'une des maladies les plus coûteuses (0,2% du PIB des pays industrialisés) et responsable d'une surmortalité importante (33.000 décès par an en Europe). Or 1/3 de ces décès liés à l’épilepsie pourrait être évité par une meilleure organisation des soins.

Mais toujours selon l’OMS, l'épilepsie continue de souffrir d'une stigmatisation injustifiée, se traduisant par des investissements en Santé et en Recherche rapportés à sa prévalence bien inférieurs à ceux des autres maladies.

L’épilepsie se caractérise par différents types de crises, prenant des formes très diverses. C’est aussi « une maladie sociale compte-tenu des préjugés et de l'exclusion qui touchent encore trop souvent ceux qui en souffrent et leurs familles. »

Les actions doivent se poursuivre pourchanger le regard sur cette maladie et ceux qui en sont atteints et sensibiliser les pouvoirs publics afin de proposer des solutions concrètes en vue d’une meilleure prise en charge des patients épileptiques.

Pour en savoir plus :

Comité national pour l’épilepsie : www.comite-national-epilepsie.fr

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 14 Février 2012 : 09h35
Mis à jour le Mardi 14 Février 2012 : 09h47
Source : Comité national pour l’épilepsie (CNE), www.comite-national-epilepsie.fr , 13 février 2012.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés