1er février : les substituts nicotiniques sont remboursés

À partir du 1er février, l'interdiction de fumer dans les lieux publics (entreprises, écoles, hôpitaux, magasins) sera effective, tandis que les substituts nicotiniques seront remboursés par l'Assurance maladie, dans une certaine limite. Cette nouvelle prise en charge fait partie des dispositions du plan d'aide au sevrage tabagique. Concrètement, comment en bénéficier ?
PUB

Entreprises, écoles, hôpitaux et magasins sont désormais des lieux non-fumeurs

À compter du 1er février, il est interdit de fumer dans tous les lieux publics (entreprises, écoles, hôpitaux, magasins), ou presque, car les fumeurs pourront encore se réfugier pendant un an dans les cafés, les restaurants, les casinos et autres lieux de convivialité, établissements bénéficiant d'une dérogation spéciale.

Un bonus de 50 euros pour les candidats au sevrage tabagique

Afin d'aider les fumeurs qui souhaitent profiter de cette mesure pour stopper leur tabagisme, la Caisse nationale d'Assurance maladie a décidé de faire un geste symbolique et financier, en proposant le remboursement des substituts nicotiniques à hauteur de 50 euros par an.

PUB
PUB

Concrètement, à partir du 1er février, la Sécurité sociale rembourse pour un montant maximum de 50 euros par personne et par année civile, les médicaments substituts nicotiniques (patch, gomme, pastille, inhalateur) dont la liste exhaustive est disponible sur le site www.ameli.fr.

Pour en bénéficier, le médecin devra prescrire les substituts nicotiniques sur une ordonnance réservée exclusivement à ce type de traitement. Et le candidat au sevrage devra également faire l'avance des frais avant de se faire rembourser par sa Caisse d'assurance maladie. Ainsi, pas de tiers payant pour les substituts nicotiniques.

A noter qu'il n'est pas nécessaire d'acheter le traitement en une seule fois, celui-ci peut être échelonné : si le premier remboursement est inférieur à 50 euros, l'assuré pourra bénéficier à nouveau d'un remboursement dans la limite de 50 euros par année civile. Cette somme correspond en moyenne au prix du premier mois de traitement.

Publié le 29 Janvier 2007
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : Communiqué de presse de l'Assurance maladie, 16 janvier 2007.