1,8 million d'ex-fumeurs

La guerre contre le tabac vient de faire 1,8 million de bienheureux. La première enquête INPES/IPSOS menée depuis l'annonce du plan gouvernemental visant à faire diminuer le tabagisme des jeunes de 30% et celui des adultes de 20% sur cinq ans, confirme cette diminution sans précédent du tabagisme.
PUB

Comparés à ceux de l'enquête menée précédemment en 1999, les résultats de cette nouvelle étude sont éloquents. Elle a été réalisée entre le 21 novembre et le 24 décembre 2003, sur une population de plus de 3.000 personnes.

Entre 1999 et 2003, 1,8 million de fumeurs ont stoppé leur tabagisme (15,3 millions en 1999 contre 13,5 millions en 2003), soit une chute de 12% du nombre de fumeurs (34,5% de la population en 1999 contre 30,4% en 2003).Plus de 14% des ex-fumeurs déclarent s'être arrêtés dans l'année écoulée, tandis qu'ils n'étaient que 9% en 1999. Les autres ont réduit significativement leur consommation.

PUB
PUB

Les femmes et les enfants d'abord

Ces deux populations, particulièrement exposées aux effets néfastes du tabac (risques spécifiques féminins ; corrélation entre l'âge d'entrée dans le tabagisme et les risques encourus), ont réussi les meilleures baisses de consommation.Le tabagisme féminin a chuté de 18%, soit deux fois plus que chez les hommes : 38,3% des hommes en 1999 et 35,7% en 2003, contre 30,8 des femmes en 1999 et 25,3% en 2003.Chez les 15/25 ans, la baisse a été de 18,3%, soit également deux fois plus importante que chez les 25/75 ans : respectivement en 1999 puis en 2003, 44,5% des 15/25 puis 36,4%, 32,2% des 25/75 ans puis 29,0%.

Le prix !

Fin 2003, 66% des fumeurs désiraient stopper leur tabagisme contre 58% en 1999. Le prix du tabac est devenu la deuxième raison invoquée (quatrième raison en 1999), la première restant les conséquences sur la santé. Plus de 66% des fumeurs qui souhaitent arrêter dans le mois citent le prix comme principale motivation.

Publié le 11 Février 2004
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Communiqué de presse de l'INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé), 1er février 2004, www.
Voir + de sources
inpes.sante.fr.