Vaccination contre le méningocoque : comment convaincre les parents ?

Vaccination contre le méningocoque : comment convaincre les parents ?

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mardi 23 Août 2016 : 11h27
Mis à jour le Jeudi 01 Septembre 2016 : 11h36
-A +A

La méningite bactérienne est encore responsable de 170 000 décès dans le monde malgré des vaccins efficaces. En France, la vaccination contre le méningocoque C est largement insuffisante et les cas de méningites chez les nourrissons et les non vaccinés s’envolent. On oublie qu’une méningite bactérienne peut tuer en moins de 24h et qu’environ 10% des personnes infectées en décèdent, malgré l’antibiothérapie d’urgence. 

Méningites, une course contre la montre

A chaque instant, un dixième la population française héberge le méningocoque en elle, sans pour autant être malade (ce sont des porteurs sains). Certaines souches sont virulentes. Pour les transmettre, il faut un contact très rapproché (gouttelettes de salive ou sécrétions naso-pharyngées) entre deux personnes.

La méningite est une urgence absolue, il faut consulter sans délai son médecin, à l’hôpital ou appeler le SAMU (15). A l’hôpital, la ponction lombaire (prélèvement de liquide céphalo-rachidien) permet de confirmer l’infection par un méningocoque et de déterminer le sérogroupe, afin d’injecter une puissante antibiothérapie sans délais. Malgré ce traitement, 5 à 10% des personnes décèdent dans les 24 à 48 heures après les premiers symptômes. Sans traitement pris à temps, la maladie est mortelle dans plus de 80% des cas. La méningite peut être foudroyante.

Mme Patricia Merhant-Sorel, présidente de l’Association Petit Ange et co-fondatrice du collectif « Ensemble contre la méningite » : « Si j’avais su. Ma fille de 4 ans a été emportée en une nuit. Mon conseil aux parents est de se rendre aux urgences dès qu’ils repèrent un enfant qui ne tolère pas bien la fièvre et qui « réagit différemment des autres fois ». Il ne faut pas attendre 18 heures (le délai moyen entre les premiers signes et l’arrivée aux urgence). La méningite reste mal connue du public qui ne sait pas qu’elle peut tuer -souvent un enfant ou un adolescent- en moins de 24 heures. On ne parle pas assez des vaccins, notamment pour les adolescents. De nombreux parents d’adolescents et d’enfants décédés de méningite ne savaient même pas que les vaccins existaient ».

Pour en savoir plus : www.associationpetitange.com

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mardi 23 Août 2016 : 11h27
Mis à jour le Jeudi 01 Septembre 2016 : 11h36
Source : D’après une conférence de presse « Prévention vaccinale contre les méningites » juin 2016 (Paris), organisée par le laboratoire Pfizer et l’interview du Pr Taha, de l’Unité des Infections bactériennes Invasives, Institut Pasteur (Paris).
A lire aussi
Méningite à méningocoque : repérer les symptômes Publié le 06/02/2006 - 00h00

Depuis deux ans, le département de la Seine-Maritime est touché par une épidémie d'infections à méningocoque, et plus particulièrement la région de Dieppe. En cas de signes de méningite, consultez sans tarder. Les autorités réfléchissent quant à la pertinence d'une campagne de...

Méningite bactérienne : bien plus dangereuse que la méningite virale Publié le 18/08/2004 - 00h00

On ne peut parler des méningites qu'au pluriel car il en existe plusieurs et de gravité différente. Si les méningites virales sont le plus souvent bénignes, les méningites bactériennes sont des infections redoutables qui peuvent causer la mort d'un enfant en quelques heures ou laisser de...

Méningite : quels sont les signes ? Publié le 27/05/2012 - 22h00

La méningite désigne une inflammation des méninges, membrane qui enveloppe le cerveau et la moelle épinière. *La méningite est souvent d’origine virale. Plus rarement, mais beaucoup plus grave, la méningite peut être causée par une bactérie. Il s’agit alors d’une urgence...

Plus d'articles