Tour de taille élevé, coeur à risque

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 21 Novembre 2005 : 01h00
-A +A
Ce n'est pas tant la balance qui compte pour évaluer le risque cardiovasculaire lié au surpoids, que le mètre ruban ! Plus le tour de taille est élevé, plus le coeur est exposé... Surprise : à l'inverse, un tour de hanche élevé est protecteur... Les rondeurs ont donc du bon !

Jusqu'à présent, on considérait que l'indice de masse corporelle ou IMC était directement lié au risque cardiovasculaire. L'IMC se calcule en divisant deux fois le poids en kilo par la taille en mètre. Exemple : 58 kg / 1,70 / 1,70 = 20. C'est toujours vrai, mais il y a plus simple et plus performant : le tour de taille Là, il suffit de prendre un mètre ruban. A partir de 99 cm chez les hommes et 97,4 cm chez les femmes, le risque est augmenté de 33%. Il augmente ainsi de 12% tous les 5 cm supplémentaires C'est proportionnel et quasi-mathématique.

Une étude dans 52 pays

Comment le sait-on ? Grâce à une gigantesque étude qui a suivi près de 27.000 personnes, dont plus de12.000 ont fait un infarctus. Par rapport aux 14.000 témoins, ceux dont le coeur a souffert avaient un tour de taille plus élevé. L'étude suggère même que le mètre ruban est plus prédictif que la balance. En effet, cette étude qui a été réalisée dans 52 pays, a montré que l'IMC variait considérablement d'un continent à l'autre et n'était pas suffisamment représentatif. Les Asiatiques étaient les plus légers, suivis des Européens, des Africains et des Sud Américains, puis par les Nord Américains et les Australiens. De plus, un sportif très musclé se retrouve avec un IMC très élevé, alors qu'un sédentaire âgé peut être enrobé avec un IMC bas. Les muscles font la différence. En revanche, le ratio tour de hanche sur le tour de taille est plus révélateur de la présence des graisses. Ainsi, entre les 20% les plus minces de l'étude et les 20% les plus enveloppés, le risque de faire un infarctus est multiplié par 2,5 !

Que retenir ?

Tout d'abord que chaque centimètre de tour de taille augmente de 2% le risque de faire un infarctus (12% tous les 5 cm exactement). Autrement dit, chaque centimètre compte. Cela vérifie l'adage selon lequel il faut éviter de prendre du poids avec l'âge. Pour cela deux solutions : augmenter son activité physique en faisant un peu plus de sport par exemple, ou diminuer un peu sa ration alimentaire, pas nécessairement au quotidien, mais au moins de temps en temps.Ensuite, si le tour de taille mérite d'être petit, le tour de hanche gagne à être grand. Mais oui Mesdames, vous avez bien lu, les rondeurs protègent de l'infarctus. On ne sait pas pourquoi, mais c'est un fait. Il ne faut donc pas se tromper de combat ! Ainsi le risque est diminué de 25% au-dessus de 109,8 cm chez la femme et de 105 cm chez l'homme.Cela confirme ce que l'on savait : ce n'est pas l'obésité gynoïde (en forme poire ou en dessous de la ceinture) qui est dangereuse pour le coeur, mais l'obésité androïde (en forme de pomme ou au-dessus de la ceinture). Messieurs, à vos abdos !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 21 Novembre 2005 : 01h00
Source : Yusuf S. Lancet. 2005 Nov 5;366(9497) :1640-9 ; Jurca R. AHA 15 nov 2005.
A lire aussi
Vous avez beaucoup de ventre ? Attention danger ! Publié le 22/10/2012 - 08h32

L’obésité est une maladie qui met notre santé en danger, en augmentant notamment le risque cardiovasculaire.Mais dans ce domaine, le gros ventre ou obésité localisée au niveau du ventre, se révèle encore plus dangereux.En pratique, mesurez régulièrement votre tour de taille, au moins...

Trop gras ou trop large ? Publié le 15/10/2007 - 00h00

Le surpoids et l'obésité sont des états clairement définis par l'indice de masse corporelle, lequel est calculé à partir du poids et de la taille. Mais il existe d'autres indices reflétant l'état de santé. C'est le cas de l'impédance (ou calcul de la masse grasse), et du tour de taille.

Définition et dangers de l'obésité Publié le 23/08/2001 - 00h00

L'obésité est médicalement définie comme étant une augmentation très importante de la masse grasse associée à une élévation des risques de morbidité (maladies diverses) et de mortalité.

Plus d'articles