Sport et pollution

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Lundi 15 Octobre 2007 : 02h00
-A +A
À un an des Jeux olympiques de Pékin, on se pose de nombreuses questions sur les conséquences pour les sportifs à concourir dans une atmosphère polluée.

Pollution, record battu...

Ce n'est pas la première fois que les Jeux olympiques ont été attribués à des villes très polluées. Au cours des décennies précédentes, il y a eu Mexico (68), Los Angeles (84) et Athènes (2004). Mais Pékin pourrait bien battre tous les records. Certes, les autorités chinoises ont promis de faire tout leur possible pour réduire les émanations. Mais la question reste préoccupante. Car si tout le monde est sensible à la pollution, la question se pose avec une acuité particulière chez des athlètes de haut niveau qui, précisons-le, ventilent beaucoup plus que la moyenne. Au paroxysme de l'effort, jusqu'à 200 litres d'air par minute peuvent transiter par leurs poumons ! Comment la pollution affecte-t-elle leur santé et leurs performances ?

Le sortilège de Steve Ovett

Il existe actuellement peu de recherches concluantes sur le sujet. Les résultats montrent des réactions très variables selon les individus. En particulier pour l'ozone : certaines personnes le supportent sans trop d'inconvénient alors que d'autres, plongées dans la même atmosphère, se trouvent très handicapées. Cela explique quelques grosses surprises que l'on enregistre parfois sur la piste. Exemple à Los Angeles en 1984 : en finale du 800 mètres, le Britannique Steve Ovett, médaille d'or sur la distance à Moscou, figure comme grand favori de l'épreuve. Et pourtant, à la surprise générale, il arrive dernier de la course. Aussitôt franchie la ligne d'arrivée, il s'écroule et est évacué vers un hôpital où il restera en observation pendant deux jours. Plus tard, il expliquera : "la pollution avait réactivé un asthme dont je n'avais plus souffert depuis 20 ans. C'était comme si quelqu'un enfonçait un chiffon dans ma gorge, je n'avais plus assez d'oxygène pour respirer. Mon corps s'était arrêté de fonctionner."

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Lundi 15 Octobre 2007 : 02h00
A lire aussi
Sport et ozone, un bon cocktail pour l'asthme Publié le 11/02/2002 - 00h00

Les enfants pratiquant plusieurs sports dans un environnement pollué à l'ozone ont trois fois plus de risque de développer un asthme que ceux ne pratiquant aucune activité physique. Loin d'interdire la pratique d'activités sportives, ces observations doivent inciter les parents vivant dans des...

Dopage aux JO : tolérance zéro Publié le 08/09/2004 - 00h00

Le président du Comité international olympique (CIO), Jacques Rogge avait été formel : « ce sera tolérance zéro ». Au final, 25 athlètes ont été exclus des Jeux d'Athènes après un contrôle positif à des produits dopants interdits, soit un record.

Sommes-nous tous égaux face à la pollution atmosphérique ? Publié le 14/03/2014 - 15h22

30 départements et 17 régions françaises sont actuellement placés en "alerte pollution". En Ile-de-France, le seuil d'alerte aux particules fines est dépassé depuis trois jours consécutifs.Si l’air est indispensable à la vie, il peut aussi s’avérer très dangereux pour notre...

Athlètes : électrocardiogramme systématique Publié le 03/11/2005 - 00h00

La pratique d'un sport en compétition peut augmenter le risque de mort subite. Ce sur-risque n'est le plus souvent pas imputable au sport lui-même, mais découle d'une pathologie cardiaque sous-jacente. Pour pallier cet inconvénient majeur, les athlètes à risque devraient bénéficier...

Plus d'articles