Somnolence

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 07 Octobre 2013 : 10h22
-A +A

La somnolence est un besoin involontaire et incontrôlable de dormir qui survient pendant la journée et interfère avec les activités habituelles.

La fatigue diurne n'est pas synonyme de somnolence.

Somnolence : Causes

  • Privation de sommeil

    Par exemple, lorsqu'on écourte ses heures de sommeil pour travailler davantage.

  • Surconsommation de stimulants

    Tels que café, cigarette, cola et alcool.

  • Infections

    Telles que rhume, grippe ou tout autre état provoquant de la fièvre.

  • Certains médicaments

    Tels que les antihistaminiques, les relaxants musculaires, les somnifères et les antidouleurs.

  • Troubles d'adaptation du cycle veille-sommeil

    Les travailleurs de nuit souffrent de somnolence au travail et ont des troubles du sommeil à la maison.

    Ils dorment généralement moins bien et moins longtemps que les travailleurs de jour.

  • Décalage horaire

    L'adaptation à l'horaire du pays d'arrivée est difficile, car l'horloge biologique est réglée selon le fuseau horaire du pays de départ.

    Les pilotes d'avion sont soumis au décalage horaire en plus de travailler souvent la nuit.

  • Syndrome d'apnée ou d'hypopnée du sommeil

    Il s'agit d'un arrêt (apnée) ou d'une diminution (hypopnée) de la respiration au cours du sommeil.

    C'est la cause la plus fréquente de somnolence diurne.

  • Impatiences musculaires ou syndrome des jambes sans repos

    Cette affection neurologique nuit au sommeil.

    Les personnes qui en sont atteintes sont réveillées par des fourmillements parfois intenables dans les jambes et ressentent un besoin irrésistible de se lever et de bouger.

    Elles ont parfois du mal à s'endormir au début de la nuit.

  • Narcolepsie

    Elle est caractérisée par des accès irrésistibles de sommeil survenant au cours de la journée et donnant lieu à environ six à huit courtes siestes involontaires et incontrôlables, même en pleine activité.

    Après une sieste de cinq à dix minutes, ces personnes se sentent fraîches et disposes jusqu'au prochain accès, deux à trois heures plus tard.

    Pendant la nuit, ces gens se réveillent souvent.

    La narcolepsie s'accompagne de cataplexie ou relâchement soudain du tonus des muscles posturaux, déclenché par une émotion forte, comme le rire ou la colère, par exemple.

    La personne peut s'effondrer et être paralysée pendant quelques secondes, tout en étant consciente.

    La narcolepsie débute en bas âge et dure presque toute la vie, tandis que la cataplexie a tendance à disparaître ;

  • Hypersomnie idiopathique

    Elle est caractérisée par des accès irrésistibles de sommeil se manifestant comme dans la narcolepsie, mais sans cataplexie.

Somnolence : Conseils pratiques

  • Dormir suffisamment la nuit

    Respectez vos besoins de sommeil de sept à neuf heures par nuit, pour récupérer de la fatigue du jour.

  • Éviter la surconsommation de stimulants

    Un excès de stimulants, non seulement en soirée mais tout au long de la journée, peut perturber votre sommeil.

  • Éviter de se tenir éveillé à tout prix

    Une douche froide ou écouter de la musique volume à fond, peut augmenter de façon passagère le niveau d'éveil.

    Cela ne change en rien la fatigue sous-jacente ; une bonne hygiène de sommeil est préférable.

  • Faire de courtes siestes dans la journée

    Planifiez de courtes siestes diurnes, particulièrement si vous souffrez de narcolepsie.

    La sieste doit être brève afin d'éviter des troubles d'endormissement la nuit suivante.

  • Maintenir une régularité dans les heures d'éveil et de sommeil

    Essayez de vous mettre au lit et de vous lever à heures fixes durant toute la semaine.

    Maintenez ce rythme la fin de semaine, car si vous vous couchez et vous levez plus tard, il sera plus difficile de vous endormir le dimanche soir et de vous lever le lundi matin.

    C'est ce qu'on appelle le "décalage horaire" du lundi matin.

  • Pour contrer le décalage horaire

    Si vous faites un voyage qui vous fait traverser jusqu'à sept fuseaux horaires, essayez de dormir dans l'avion.

    Exposez-vous à la lumière et vivez selon l'horaire de votre destination.

    Si vous traversez plus de sept fuseaux horaires, mieux vaut vérifier avec votre médecin les conseils à suivre.

  • Éviter la surconsommation d'alcool

    Bien que l'alcool entraîne un endormissement rapide, il nuit à la qualité du sommeil, provoque de nombreux éveils au cours de la nuit et raccourcit la durée du sommeil.

    Pris en grande quantité, il a un effet dépresseur.

  • Ne pas se coucher une heure ou deux plus tôt, à moins d'être très fatigué(e)

    Il est très difficile de s'endormir si l'on se couche moins de deux heures avant l'heure habituelle.

    Si vous devez absolument dormir (avant un quart de nuit par exemple), couchez-vous beaucoup plus tôt.

  • Ne pas attendre le prochain cycle de sommeil

    Si vous avez dépassé votre heure habituelle, il n'est pas nécessaire d'attendre deux heures avant de vous mettre au lit.

    Si vous attendez la durée d'un cycle, vous perdez tout simplement de précieux moments de sommeil.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Lundi 07 Octobre 2013 : 10h22
Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005.
A lire aussi
Insomnie Publié le 31/05/2001 - 00h00

Tout le monde n'a pas besoin de sept ou huit heures de sommeil par nuit pour être reposé. Certaines personnes n'ont besoin que de quelques heures de sommeil pour bien fonctionner durant la journée. Lorsqu'une personne subit des changements dans la durée ou la qualité de son sommeil ayant des...

Travailleurs de nuit : n'oubliez pas les siestes ! Publié le 29/09/2008 - 00h00

Le travail de nuit est délétère. Notre organisme n'est pas programmé pour veiller la nuit et dormir la journée. D'ailleurs, de nombreux risques pour la santé sont accrus chez les travailleurs de nuit. Quelques conseils pour mieux vivre le rythme décalé.

Au fait Docteur, je dors très mal Publié le 11/02/2011 - 11h01

Mal dormir ou dormir insuffisamment est tellement banal pour des millions de Français qu’ils ne pensent pas à en parler à leur médecin. Or un mauvais sommeil peut avoir de sévères conséquences tant sur le plan privé que professionnel. Quelle aide peut vous apporter votre médecin ?

Travail de nuit et horaires variables : quels risques ? Publié le 23/08/2005 - 00h00

Près de 20% de la population des pays industrialisés exerce une activité professionnelle postée les amenant à travailler de nuit ou à adopter des horaires de travail variables. Les troubles du sommeil constituent une première conséquence de taille.

Plus d'articles