Retrait définitif du Di-Antalvic

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 01 Mars 2011 : 10h18
Mis à jour le Mardi 01 Mars 2011 : 10h18

À compter du 1er mars 2011, le Di-Antavic n’est plus délivré en pharmacie. Le Di-Antalvic fait partie des médicaments antidouleurs à base de dextropropoxyphène, comme le Propofan® et une trentaine de médicaments génériques. Tous ont été progressivement retirés du marché, même si le 1er mars est la date officielle du retrait définitif de ces spécialités médicamenteuses.

© Fotolia

La décision de retrait du Di-Antalvic est européenne

La décision a été prise au niveau européen en raison d’effets indésirables liés au surdosage. Ces accidents de surdosage, volontaires ou non, ont surtout été observés en Angleterre et en Suède.

PUB

Quels sont exactement les médicaments concernés ?

Il s’agit de tous les médicamentscontenant du dextropropoxyphène et du paracétamol. Citons à côté du Di-Antalvic, le Propofan®, le Dialgirex®, le Dioalgo®, Dextroref®, Di Dolko®, etc., ainsi que 29 formes génériques de ces médicaments à visée antalgique.

Certains étaient utilisés depuis plus de 40 ans, pour lutter contre les douleurs modérées à sévères et résistantes au paracétamol seul, à l’aspirine ou à ibuprofène.

L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) invite les patients qui prennent ce type de médicaments à consulter leur médecin afin de trouver l’alternative thérapeutique la plus adaptée.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 01 Mars 2011 : 10h18
Mis à jour le Mardi 01 Mars 2011 : 10h18
Source : Communiqué de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), 25 juin 2009.
PUB
PUB
A lire aussi
Di-Antalvic® et Propofan® vont disparaître...Publié le 10/07/2009 - 00h00

Les médicaments contenant l'association paracétamol dextropropoxyphène (DXP), comme le Di-Antalvic ® ou le Propofan®, vont être retirés du marché d'ici un an. Cette décision contestée en France fait suite à des cas d'intoxications volontaires ou accidentelles.

Plus d'articles