Rage

Depuis 2001, la France est déclarée indemne de rage transmise par les carnassiers (chien, renard) mais la maladie de la rage continue de circuler chez les chauves-souris.

La surveillance de la rage est donc maintenue car les chiroptérologues amateurs (chiroptère = chauve-souris) sont particulièrement exposés au risque de morsure.

Il existe également un risque de rage chez le voyageur et l'expatrié, lié à des animaux rencontrés dans le pays d'accueil ou bien aux animaux domestiques du voyageur ou de l'expatrié lui-même.

Enfin, l'importation illégale d'animaux en provenance de zones d'enzootie (zones concernées par la rage) fait courir un risque non seulement aux propriétaires d'animaux, mais aussi à toutes les personnes et animaux en contact.

La rage est due au virus à ARN, du genre Lyssavirus.

La transmission du virus de la rage se fait par morsure ou par léchage d'une plaie.

Les animaux porteurs du virus sont en général des animaux sauvages (renards, chiens ou chats errants eux-mêmes mordus par des renards contaminés, chauves-souris).

Le virus de la rage se fixe sur les cellules nerveuses cérébrales. L'incubation est de durée variable, de quelques jours à quelques mois. Sa durée dépend de la dose de virus inoculée, de la localisation de la morsure et de la gravité de la plaie. L'incubation est d'autant plus courte que la morsure est rapprochée du système nerveux central et touche une zone riche en terminaisons nerveuses.

Pour éviter d'être contaminé(e) par le virus de la rage, voici quelques précautions à respecter :

  • Se méfier des animaux qui auraient un comportement inhabituel (en particulier, renard qui ne se sauverait pas à votre approche).
  • Eviter de se mettre en situation de se faire mordre. Etre très vigilant avec les enfants qui veulent naturellement jouer avec les animaux.
  • Eviter les marches de nuit, en cas de randonnée, en raison du risque de morsure par une chauve-souris contaminée.
  • Ne jamais toucher un animal sauvage malade ou mort.
  • Ne pas rapporter clandestinement en France des animaux non vaccinés.
  • Exiger la vaccination des animaux.

Consultez immédiatement un médecin en cas de :

  • Morsure ou léchage par un animal enragé ou suspecté de rage.
  • Anxiété, maux de tête, fièvre, associés à des douleurs dans la zone de la plaie.
  • Difficultés pour avaler, avec parfois salivation abondante, spasme laryngé lors de l'ingestion de liquides ou à la simple vue de l'eau.
  • Trismus (impossibilité douloureuse d'ouvrir la bouche).
  • Troubles de la conscience, convulsions, témoignant d'une encéphalite (inflammation du cerveau), aboutissant à un coma, phase ultime de la maladie.

L'examen de dépistage de la rage se réalise dans un laboratoire spécialisé.

Le virus est recherché par une mise en culture à partir d'un prélèvement de salive, de liquide céphalo-rachidien ou d'une biopsie.

Il faut vacciner en urgence avant l'apparition des signes cliniques, car une fois la maladie de la rage déclarée, elle est toujours mortelle.

En cas de morsure ou de contact avec un animal suspecté de rage, il faut immédiatement laver la peau ou la plaie soigneusement à l'eau et au savon de Marseille, puis désinfecter à l'eau de Javel diluée au 1/10° (laisser tremper pendant au moins 10 minutes). On évite de suturer la plaie dans un premier temps, mais on peut infiltrer les abords de la plaie avec du sérum antirabique. On effectuera la vaccination contre la rage le plus tôt possible dans un centre spécialisé :

  • en l'absence de vaccination antérieure ou si celle-ci remonte à plus de 3 ans, une vaccination curative sera entreprise, avec 4 injections à J0, J3, J14 et J30 avec un rappel à J90 ;
  • en cas de vaccination depuis plus d'un an et moins de trois ans, on procède à 3 injections à J0, J3 et J7 ;
  • si la personne a été vaccinée depuis moins d'un an, on peut se contenter de la mise en observation de l'animal.

L'animal suspecté de rage sera systématiquement surveillé pendant 15 jours et examiné par un vétérinaire à J0, J7 et J14.

En cas de traitement trop tardif, il faut procéder à une réanimation cardio-respiratoire, malheureusement toujours inefficace...

La rage est une maladie à déclaration obligatoire.

Initialement publié le 11/06/2003 - 02h00 et mis à jour par <a href="/taxonomy/term/19206" hreflang="fr">Dr Philippe Presles</a> le 02/10/2012 - 10h17

Histoire de la rage. J. Theorides. Masson. Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) n°28/2001 : Recommandations sanitaires pour les voyageurs. Acha P.N.; Szyfres B.: Zoonoses et maladies transmissibles communes à l'homme et à l'animal. O.I.E.

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Protégez vos animaux contre la rage! Mis à jour le 19/11/2007 - 01h00

C'est un virus qui est à l'origine de la rage, une maladie le plus souvent mortelle qui se transmet via la salive d'un animal infecté. Il est possible, à l'aide d'un vaccin, de protéger votre chien ou votre chat contre la maladie.

Le syndrome à hantavirus : transmis à l’homme via les rongeurs Mis à jour le 10/09/2012 - 00h00

Le syndrome à hantavirus est une maladie virale que l’homme contracte par l’intermédiaire des rongeurs porteurs du virus. La contamination par un hantavirus entraîne des infections pulmonaires ou rénales graves, parfois mortelles. Mais cette maladie...

Plus d'articles