À quand la prescription d’activité physique par le médecin ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le 19/09/2012 - 12h55
-A +A

Notre corps est fait pour bouger. Certes, les excès ne sont pas souhaitables et une sur-utilisation se traduit par des effets négatifs. Mais inversement, l’inactivité est délétère pour notre santé, augmentant le risque de nombreuses grandes maladies (cardiaques, certains cancers, obésité, diabète…).

Alors à quand la prescription d’activité physique par le médecin à la place de certains médicaments ? Pour la première fois, les bienfaits de cette alternative viennent d’être chiffrés en terme d’économie pour la Sécu.

Notre système de santé est-il prêt à tirer profit de l’activité physique ?

Rappelant que « 15 minutes par jour de marche active réduisent la mortalité de 14% », et qu’ « un décès sur dix dans le monde est lié à la sédentarité », laquelle est « à l’origine de diverses maladies ruineuses » pour la collectivité, l'Imaps, une entreprise dédiée au sport-santé, vient de chiffrer le bénéfice attendu si les médecins prescrivaient largement de l’activité physique à leurs patients.

Ces chiffres ont été présentés le 18 septembre lors d’un débat-rencontre dont l’objectif était d’évaluer si notre système de santé pouvait enfin tirer profit des bénéfices de l’activité physique sur la santé, à la fois :

  • en prévention primaire, pour se maintenir en bonne santé,
  • en prévention secondaire, auprès des individus à risque,
  • et en prévention tertiaire, face à une pathologie déclarée ou en période de récidive.

Plus d’activité physique : 56,2 millions euros d’économie par an

Une personne active dépense chaque année 250 euros de moins pour sa santé qu'une personne sédentaire.

Si l’on finançait à hauteur de 150 euros par an une activité physique adaptée pour soigner les pathologies de 10% des patients atteints d’une affection de longue durée (ALD), cela permettrait à la Sécurité sociale d'économiser 56,2 millions d'euros par an.

On retiendra que les bénéfices de l’activité physiques sont bien réels et chiffrables.

Parlez-en à votre médecin et souhaitons que celui-ci soit bientôt habilité à prescrire officiellement l’activité physique comme traitement à de nombreux patients. Une telle perspective pourrait très bientôt se mettre en place !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le 19/09/2012 - 12h55

Débat-rencontre « Le sport : révolution pour l’économie de santé ? Une réflexion innovante au profit de la santé des individus et de l’économie collective », organisé le 18 septembre 2012 par la Fondation du Sport Français Henri-Sérandour, le Comité National Olympique et Sportif Français et l’Imaps.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Activité physique : indicateur de santé Mis à jour le 27/03/2006 - 02h00

La sédentarité est l'un des facteurs de risque des nombreuses pathologies telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, l'obésité, l'hypertension ou encore certains cancers. Cette raison est-elle suffisante pour motiver les Français à bouger...

Plus d'articles