Quand les apprentis jardiniers menacent l'eau du robinet

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 05 Novembre 2001 : 01h00
-A +A
La qualité de l'eau du robinet est pour l'instant encore « satisfaisante », à l'exception de certaines régions comme la Bretagne. Mais les différentes catastrophes écologiques et les récents rapports généraux sur l'état des sols, des sous-sols et des nappes phréatiques laissent des réserves sur l'avenir. Une des principales raisons est attribuée à l'emploi des nitrates et pesticides par l'agriculture et l'élevage intensifs. Cependant, même à un niveau moindre, les jardiniers du dimanche ont leur part de responsabilité.

La terre joue un rôle de retardateur. Ainsi, les produits néfastes que l'on déverse aujourd'hui se retrouveront dans nombre d'années, parfois plusieurs décennies, drainés dans les nappes souterraines. La prise de conscience de ce problème est récente, mais s'il est déjà tard, il n'est pas trop tard !

En France, il n'est pas nécessaire d'avoir un permis en poche pour employer des produits dangereux pour l'environnement (pesticides et phytosanitaires). Pourtant, malgré le productivisme agricole il est urgent d'en limiter l'utilisation, non seulement pour le goût de notre verre d'eau du robinet, mais également pour notre santé. En effet, les scientifiques soupçonnent les pesticides d'être à l'origine de cancers du sang, de troubles du système nerveux, de maladies de la peau, de risque de fausses couches ou encore de maladies congénitales.

Des précautions à prendre

Afin de préserver l'environnement mais également sa santé, le particulier ne peut se procurer que des produits portant le sigle « Jardin ». Deux types sont disponibles : les uns tuent les mauvaises herbes et peuvent être utilisés au maximum quatre à cinq fois par an ; les autres, empêchent l'herbe de repousser et sont à employer une à deux fois maximum dans une année. Les quantités dépendent de la taille et de l'état de propreté du terrain à traiter. Dans tous les cas, l'application doit être locale, directement sur les mauvaises herbes, et non sous forme d'épandage sur la totalité de la surface. Il est extrêmement important de respecter les conditions météo. Les désherbants doivent être appliqués par temps sec car la pluie entraîne les pesticides dans la nappe phréatique. Par ailleurs, portez systématiquement un masque, des gants et des lunettes afin d'éviter tout contact avec la peau. Si votre jardin est situé près d'une rivière ou d'un cours d'eau, privilégier le cerclage et le binage.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 05 Novembre 2001 : 01h00
A lire aussi
Pesticides : quels sont les vrais risques pour notre santé ? Publié le 21/10/2013 - 08h30

D'après une étude récente de l'Inserm, l'exposition professionnelle à des pesticides pourrait favoriser la survenue de certaines pathologies graves chez l'adulte.Quant aux expositions intervenant au cours de la période prénatale et périnatale -ainsi que la petite enfance- elles peuvent...

Jardiniers : attention aux pesticides Publié le 27/03/2002 - 00h00

Les pesticides sont des produits qui ne sont pas sans danger sur la santé. Pourtant, parmi les quelques 20 millions de personnes qui pratiquent le jardinage en France, peu nombreuses sont celles qui sont conscientes des risques qu'elles encourent. L'incidence de leurs pratiques sur l'environnement,...

Pollution aux pesticides en plein coeur de Paris Publié le 30/07/2007 - 00h00

La pollution par les pesticides ne concerne plus uniquement les zones rurales touchées par la culture intensive. L'atmosphère au coeur de Paris est, elle aussi, chargée de ces particules chimiques toxiques. Il faut dire que les pesticides sont aujourd'hui largement utilisés dans les jardins par...

Anxiété alimentaire : manger et ne pas grossir Publié le 01/04/2011 - 09h33

Panique à bord ! Docus télé, livres et articles de magazines détaillant généreusement les multiples dangers de notre alimentation se sont accumulés. Ajoutez à cela un tsunami monstrueux, une centrale atomique qui fait boum, il y a de quoi être noyé d'anxiété. Et être sérieusement...

Plus d'articles