Pour diminuer les risques de cancer de la prostate, faites du sport !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 23 Mai 2005 : 02h00
Mis à jour le Lundi 07 Décembre 2015 : 15h09
-A +A

Les sportifs détiennent une des clés de la prévention en matière de cancer de la prostate. En effet, l'apparition et la progression du cancer de la prostate diminuent de 70% chez les hommes pratiquant plus de trois heures de sport par semaine !

Trois heures de sport par semaine diminuent le risque de cancer de la prostate

Cette constatation provient d'une étude ayant porté sur près de 50.000 Américains recrutés en 1986, alors en bonne santé et exerçant une activité professionnelle (1). Quatorze ans plus tard, 2.900 cas de cancer de la prostate ont été enregistrés, dont 480 cancers de haut grade. Après analyse des données, les auteurs observent une association significative entre l'intensité de l'activité physique et l'incidence des tumeurs. Ainsi, les cancers de la prostate de haut grade sont minorés de 70% chez les hommes effectuant plus de trois heures de sport par semaine : natation, vélo, squash, tennis, course à pied, marche...

Ce résultat est confirmé en 2011 par une publication dans le Journal of Clinical Oncology : dès 3 heures de sport hebdomadaires, le risque et la progression du cancer sont ralentis (2).

En 2013, l’équipe du Dr Long suggère qu’une activité plus intensité est nécessaire (9 heures de sport par semaine) pour réduire de 53% le risque de cancer de la prostate (3).

En conclusion, le fait d'avoir une activité physique soutenue permet de limiter l'apparition et la progression du cancer de la prostate. De quoi motiver nombre d'hommes à reprendre sérieusement leurs activités sportives ou à s'inscrire dans un club de sport !

L'autre mesure préventive : le dépistage

Il n'existe pas de dépistage organisé comme pour le cancer du sein ou le cancer colorectal. Le dépistage est donc personnalisé. Il faut en discuter avec son médecin d'afin d'établir un programme qui correspond à ses propres facteurs de risques (antécédents familiaux). Il repose sur le toucher rectal et le dosage du PSA (antigènes spécifiques de la prostate).

Avec l'augmentation de l'espérance de vie et le développement des moyens de diagnostic, le cancer de la prostate est devenu le premier cancer masculin (loin devant les cancers du poumon et colorectal), avec 56.841 nouveaux cas en 2012. Il constitue par ailleurs la troisième cause de décès par cancer chez l’homme (8.876 décès en 2012).

Le dépistage et les décisions thérapeutiques personnalisés devraient permettre de diminuer la dangerosité de ce cancer.

En amont, la prévention passe par l'adoption d'une bonne hygiène de vie, comprenant notamment une alimentation saine (variée et équilibrée) et la pratique d'une activité physique régulière. L’Institut national du cancer (INCa) recommande au moins l’équivalent de 30 minutes de marche rapide par jour (la régularité compte énormément), idéalement à complémenter par une heure d’exercice plus soutenu le week-end.

Ces mesures sont valables pour tout type de cancer.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 23 Mai 2005 : 02h00
Mis à jour le Lundi 07 Décembre 2015 : 15h09
Source : Giovannucci E.L. et coll., Arch. Intern. Med., 165 (9), 9 mai 2005.
A lire aussi
Cancer de la prostate : se faire dépister ou pas ? Publié le 06/04/2012 - 09h05

La question est relancée depuis la publication d’un nouvel avis de la Haute autorité de santé (HAS) qui préconise de ne pas faire de dépistage systématique du cancer de la prostate, même chez les personnes à haut risque.Le sujet n’est pas simple... Aussi, je vous propose un point pour...

Plus d'articles