Palpitations à l'effort ? A surveiller de près

Publié par Dr Philippe Presles le 02/10/2000 - 02h00
-A +A

Certaines palpitations survenant au cours de l'effort ne sont plus considérées comme bénignes. Elles représenteraient au contraire un facteur de risque cardiovasculaire.

Très nombreux sont ceux qui ont déjà ressenti des palpitations. Ce sont des battements cardiaques irréguliers que l'on appelle des « extrasystoles », car elles surviennent en dehors de la systole normale, c'est-à-dire de la contraction du cœur. Elles apparaissent seules ou en série, au repos ou pendant un effort et elles peuvent être ressenties ou non.Le cœur étant constitué de deux oreillettes et de deux ventricules, il peut d'agir de contractions de l'oreillette, on parle alors d' « extrasystoles auriculaires », ou de contractions du ventricule, ce sont les « extrasystoles ventriculaires ». Elles sont toutes visibles sur l'électrocardiogramme (enregistrement de l'activité électrique spontanée du cœur) et la plupart d'entre elles sont considérées comme bénignes dès lors qu'elles n'accompagnent pas une pathologie cardiaque sous-jacente. Il en était ainsi jusqu'à présent des extrasystoles ventriculaires enregistrées lors de l'électrocardiogramme d'effort.

Des palpitations à risque

Or aujourd'hui, les résultats d'une enquête à très grande échelle (7 746 personnes recrutées et suivies sur une période de 23 ans), tendent à montrer que ces extrasystoles ventriculaires d'effort ne sont pas toutes aussi anodines qu'on le croyait. En effet, à long terme, lorsque celles-ci apparaissent en grand nombre et pendant l'effort, elles multiplient le risque de mortalité cardiovasculaire d'un facteur de 2,5.

Cette nouvelle piste très intéressante en cardiologie doit être poursuivie car après avoir identifié ce facteur de risque, de nombreuses questions restent en suspend : pourquoi certaines personnes font des extrasystoles ventriculaires pendant l'effort ? Est-ce génétique ? Comment les traiter ? et Comment les prémunir au mieux des accidents cardiaques ?

En pratique, cette découverte concerne essentiellement ceux qui reprennent le sport après la quarantaine. C'est l'occasion de rappeler que toute pratique sportive régulière impose un soin médical lui aussi régulier.

Publié par Dr Philippe Presles le 02/10/2000 - 02h00 New England Journal of Medicine, 21 september 2000.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Avez-vous du cœur ? Mis à jour le 06/05/2011 - 12h15

Avez-vous une bonne idée de la façon dont fonctionne le cœur, ce muscle qui propulse le sang dans tout l’organisme en se contractant régulièrement ? Quel est le rôle des oreillettes, des ventricules, du nœud sinusal ? Qu’est-ce qu’une fibrillation ou...

Infarctus du myocarde, une course contre la montre Publié le 16/01/2013 - 10h01

L'infarctus du myocarde est une affection grave et fréquente avec plus de 200.000 nouveaux cas chaque année en France. Il représente également la première cause de mortalité chez l'adulte de plus de 40 ans. Cependant, il a bénéficié de progrès thérap...

Plus d'articles