Nutrition et coeur, règle numéro 1 : diminuer les graisses animales

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 13 Octobre 2003 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 27 Novembre 2014 : 11h51
-A +A
S'il y a bien une chose à retenir en matière de nutrition pour la santé de son coeur, c'est qu'il faut réduire les graisses d'origine animale. Une simple augmentation de 5% de ces graisses dans la ration alimentaire accroît le risque cardiovasculaire de 17%…

Deux grandes catégories de graisses à connaître

Pour être pratique et que vous puissiez facilement retenir l'essentiel, nous vous proposons de considérer qu'il existe deux grandes sortes de graisses alimentaires :

  • les graisses d'origine animale,
  • les graisses d'origine végétale et marine (poissons et fruits de mer).

Les graisses d'origine animale comportent deux grandes catégories :

  • le cholestérol, contenu dans les œufs, le beurre, certains abats, la viande, la charcuterie et les laitages non écrémés ;
  • les acides gras saturés, que l'on retrouve dans le lait et les viandes, et indirectement dans le beurre, la crème, les fromages, les pâtisseries et nombre de sauces ou de préparations à base de crème.

Les graisses d'origine végétales et marines comportent trois grandes catégories :

  • les acides gras mono-insaturés, que l'on retrouve notamment dans l'huile d'olive et de colza ;
  • les acides gras polyinsaturés de la série oméga-6, présents dans les végétaux ;
  • les acides gras polyinsaturés de la série des oméga-3, fortement présents dans les poissons et les crustacés, et dans une moindre mesure dans les noix, noisettes et autres " nuts " des anglo-saxons.

Les graisses d'origine animale ne sont pas bonnes pour le cœur, une simple augmentation de 5% dans la ration alimentaire pouvant accroître le risque cardiovasculaire de 17%.

En revanche, les graisses d'origine végétale et marine sont excellentes, une augmentation de 5% des graisses mono-insaturées diminuant le risque cardiovasculaire de 19%, cette baisse étant portée à 38% avec les graisses polyinsaturées.

Une règle à retenir : diminuer toutes les graisses d'origine animale

La règle à retenir est donc simple : il faut diminuer les graisses d'origine animale et les remplacer par plus de végétaux et de produits de la mer.

Du côté des graisses animales, il faut connaître trois produits nettement moins gras que les autres :

  • le foie (pas le foie gras !),
  • le jambon maigre,
  • les volailles jeunes (sans la peau).

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 13 Octobre 2003 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 27 Novembre 2014 : 11h51
A lire aussi
Focus sur les oméga-3 Publié le 10/04/2007 - 00h00

Les oméga-3 sont des graisses poly-insaturées, bénéfiques à la santé cardiovasculaire et psychique. La seule alimentation qui convienne au bon fonctionnement de notre organisme est variée et équilibrée, mais ces acides gras, que l'organisme ne sait pas fabriquer lui-même, doivent aussi...

Bonnes et mauvaises graisses : on fait le point Publié le 11/07/2016 - 19h23

Les « mauvaises » graisses sont de plus en plus souvent décriées dans la presse féminine et dans les blogs des foodistas et des peoples qui se piquent de nutrition. Or, il n’y a pas de « bonnes », ni de « mauvaises » graisses. Il y a des graisses, tout court. 

C'est facile de manger moins de graisses saturées ! Publié le 27/04/2009 - 00h00

En matière d'alimentation rien n'est mauvais, tout est question de modération. Concernant les graisses saturées, nous avons une fâcheuse tendance à en consommer trop, résultat de l'évolution de nos habitudes alimentaires. Or si un peu de graisses saturées est nécessaire, point trop n'en...

Plus d'articles