Nous pourrons bientôt guérir l’hépatite C...

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 14 Janvier 2014 : 19h25
Mis à jour le Mercredi 15 Janvier 2014 : 10h02

Annoncées lors du 7e congrès des hépatites qui s’est déroulé à Paris les 13 et 14 janvier 2014, de nouvelles molécules « mieux tolérées, au moins aussi efficaces et sans interaction médicamenteuse » vont être disponibles très prochainement en France.

Ainsi, « l’hépatite C sera bientôt une maladie curable dans la plupart des cas ». Une excellente nouvelle qui rappelle l’importance du dépistage…

© Istock

De nouvelles molécules de plus en plus efficaces

L’hépatite C est une maladie qui évolue très lentement, les complications mettant des années, parfois 20 à 30 ans à se manifester (cirrhose, cancer…). Si l’on considère les estimations du nombre de personnes touchées par le virus de l’hépatite C, il faut s’attendre à 32.800 cas de cirrhose dans les dix prochaines années, à 30.8000 complications de cirrhose et à 30.400 décès liés au virus de l’hépatite C. D’où l’importance d’optimiser le dépistage et les traitements antiviraux qui bientôt permettront une éradication définitive du virus de l’hépatite C.

Les traitements reposent actuellement sur une association d’interféron pégylé et de ribavirine, dénommée « bithérapie pégylée », que l’on peut encore combiner à d’autres molécules (trithérapie) chez certains patients non répondeurs à la bithérapie traditionnelle. Les effets secondaires étant notables (dans 50% des cas) et l’efficacité variable, de nouveaux traitements sont à l'étude.

Début 2014, deux nouvelles molécules devraient obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) : le sofosbuvir et la simeprevir. Selon les données fournies, ces molécules devraient permettre d'obtenir des taux de guérison supérieurs à 90% (contre 50% actuellement) avec peu ou pas d’effets secondaires. Au regard de leur meilleure efficacité, de leur bonne tolérance et de la durée plus courte du traitement, le prix de ces thérapies sera très élevé. A noter que de nombreuses autres molécules sont en passe d’aboutir.

Comme annoncées au 7e congrès parisien des hépatites, « scientifiquement, les conditions sont réunies pour aboutir, à terme, à l’éradication de l’infection à VHC ».

Pour l’heure, les objectifs sont de traiter tôt pour diminuer efficacement la morbidité et la mortalité liées à l’hépatite C chronique.

PUB

On ne peut guérir l'hépatite C que si elle a été dépistée

En France, il existe un dépistage ciblé des hépatites, reposant sur une dizaine de facteurs de risque. Or les recommandations sont mal suivies.

Pour savoir si vous devez vous faire dépister : http://www.e-sante.fr/quelles-sont-personnes-risque-hepatite-b-ou-c/actualite/970.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 14 Janvier 2014 : 19h25
Mis à jour le Mercredi 15 Janvier 2014 : 10h02
Source : Dossier de presse du 7th Paris Hepatitis Conference, 13 & 14 january 2014.
A lire aussi
Les espoirs apportés par les progrès du traitement de l'hépatite CPublié le 28/05/2001 - 00h00

L'hépatite C représente un vaste problème de santé, par son incidence élevée dans la population mondiale et par ses possibles complications (cirrhose, cancer du foie). Cela explique que cette maladie mobilise un grand nombre de chercheurs impliqués dans la mise au point de nouveaux...

Chronicité de l'hépatite C : un nouveau test sanguinPublié le 14/10/2002 - 00h00

Fini la biopsie de foie ! Des chercheurs viennent de mettre au point un test sanguin de dépistage de la fibrose induite par le virus de l'hépatite C. C'est cette fibrose qui est responsable des complications chroniques de l'hépatite C : cirrhose et cancer.

Hépatite : dépister pour traiter !Publié le 22/01/2007 - 00h00

Qu'il s'agisse de guérir ou de stopper la maladie, la prise en charge des hépatites B et C s'est considérablement améliorée. Reste donc le problème du dépistage, lequel est loin d'être suffisant, ce qui entraîne une rapide transmission des virus des hépatites et des retards de traitement.

Plus d'articles