Mieux vaut être un homme de grande taille

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 25 Juin 2003 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 26 Août 2010 : 14h35
-A +A

Pour un homme, être de grande taille est associé à réussite professionnelle et sentimentale. Selon une enquête de l'Insee, les plus petits vivent moins souvent et plus tardivement en couple. Les grands sont plus fréquemment cadres et les petits ouvriers.

Chez les jeunes de 20-29 ans, 47% de ceux qui mesurent plus de 1,80m vivent en couple contre 41% de ceux mesurant de 1,70 à 1,80m. Certes, cette différence s'estompe dans la tranche d'âge suivante (30-39 ans), avec des pourcentages atteignant respectivement 76% et 74%, mais pas pour les personnes de moins d'1,70m, puisqu'ils ne sont que 60% à vivre en couple.

Il existe également toujours une nette différence de taille en fonction du milieu social. Ainsi, les cadres supérieurs et professions libérales mesurent en moyenne 1,78m, soit 3,2cm de plus que les ouvriers ou exploitants agricoles. On peut émettre l'hypothèse que si la taille des hommes augmente avec le statut économique, les femmes préfèrent un conjoint aux bonnes ressources et donc les plus grands. Or dans tous les milieux, les petits sont moins nombreux à vivre en couple. Parallèlement, les ouvriers ne sont pas moins souvent en couple que les cadres et les ingénieurs. Autre hypothèse, les grands font de belles carrières professionnelles car ils imposent plus facilement leur autorité, favorisant l'aptitude à commander et l'avancement. Et enfin, n'oublions pas la norme sociale du couple « physiquement bien assorti » dans lequel, l'homme est plus grand que la femme en moyenne de 12cm. C'est le cas des trois quarts des hommes de taille moyenne ; les grands étant souvent beaucoup plus grands que leur compagne (au moins 21cm), tandis que 15% des petits sont plus petits que leur conjointe.

Discrimination conjugale et professionnelle ?

La petite taille semble donc être un véritable handicap en soi qu'il faut combattre. Pourtant, les petits ne sont pas moins travailleurs, ne se sentent pas plus nerveux ou anxieux dans leur travail, n'ont pas plus de difficultés à trouver un emploi, ne se plaignent pas davantage de leur niveau de vie, ne sont pas plus fréquemment à découvert, ne mangent pas plus mal, ne sont pas plus souvent obèses, ne boivent pas davantage et fumeraient même moins que les grands. Pourtant, ils doivent compenser et surmonter les discriminations. Pour eux, l'âge, synonyme de maturité (expliquant la mise en couple plus tardive), représente un atout en tant que garantie pour former un couple stable. Pire encore, la taille serait un indicateur de la beauté masculine. Et parallèlement, les femmes diplômées et actives accorderaient plus d'importance à la beauté qu'à la réussite professionnelle. Bien entendu, ces données ne sont que des statiques. Si elles s'appliquent (malheureusement) aux grands nombres, elles ne s'imposent pas à chacun.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 25 Juin 2003 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 26 Août 2010 : 14h35
Source : Enquête permanente sur les conditions de vie, Insee 2001.
A lire aussi
Discrimination : l'essentiel se joue à la naissance Publié le 28/08/2006 - 00h00

La discrimination sociale a des conséquences importantes sur la santé. Sachant que l'essentiel se joue à la naissance, quelques critères simples peuvent rendre vigilants médecins, personnels soignants, éducateurs et professeurs. Quels sont ces critères ?

Le démon de midi au féminin Publié le 29/05/2009 - 00h00

Jusqu'à très récemment encore, on prétendait que le démon de midi frappait plus volontiers les hommes. Ignorance ou vilaine hypocrisie ? Toujours est-il qu'aujourd'hui, on découvre que les femmes y succombent aussi et qu'elles n'ont plus peur de l'afficher !

La famille monoparentale : un modèle en pleine évolution Publié le 16/12/2015 - 10h52

La vie en couple marié reste la situation conjugale la plus répandue (plus d’une famille avec enfants mineurs sur deux). Mais les unions deviennent plus fragiles et elles se diversifient (unions libres, pacs), avec de plus en plus de familles recomposées et de familles monoparentales.

Stress et conflits sont mortels, surtout pour les hommes ! Publié le 26/05/2014 - 07h32

Les situations de stress ou de conflits avec sa famille ou au travail font beaucoup de dégâts, tout le monde le sait, au moins intuitivement.Mais selon cette étude danoise, ces situations pourraient augmenter de manière considérable le taux de mortalité de ceux qui en sont victimes, surtout...

Plus d'articles