Goutte : pas une goutte de bière !

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 09 Juin 2004 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 07 Octobre 2015 : 17h46
-A +A

Depuis longtemps, la consommation l'alcool a été associée à un risque accru de goutte, maladie inflammatoire des articulations, particulièrement fréquente chez les hommes. Or tous les alcools n'agissent pas de la même façon sur ce risque. La bière se révèle la plus dangereuse : elle double le risque de goutte !

L'acool augmente le risque de goutte

Suspecté de longue date, le rôle de l'alcool dans le risque de faire une crise de goutte a été confirmé. Mais les effets sont différents selon la nature de l'alcool consommé.

Il a ya une dizaine d'années maintenant, le risque de goutte a été analysé auprès d'un échantillon de plus de 47.000 hommes, indemnes d'antécédent de goutte, dont les consommations d'alcool (vin, bière et spiritueux) ont été enregistrées durant douze années consécutives (1986-1998). Au terme de cette période, 730 cas de goutte ont été notifiés. Les auteurs constatent que le risque s'accroît avec la quantité d'alcool ingérée. Parallèlement, le risque le plus élevé est rencontré avec la bière. Viennent ensuite les spiritueux, tandis que le vin, qu'il s'agisse de vin rouge ou blanc, ne semble pas exercer d'effet.

Le risque augmente proportionnellement avec la quantité de bière consommée : 2 à 4 bières par semaine multiplient le risque de goutte par 2,3, tandis que 2 bières par jour multiplient ce risque par 2,5. Quant aux spiritueux, le risque est de 1,3 pour un verre par mois à un verre par semaine et de 1,6 avec un verre par jour.

La teneur en purine

Les effets de l'alcool sur cette pathologie ne sont donc pas liés au degré d'alcool des boissons, mais à un de leur composant : la purine, que l'on trouve en quantité élevé dans la bière. En effet, rappelons que la goutte est due à un excès d'acide urique qui cristallise dans les articulations et produit une inflammation. Or l'acide urique est formé dans l'organisme par dégradation des purines. C'est pourquoi, la prévention repose en partie sur un régime alimentaire pauvre en purine.

En conclusion, si vous êtes un sujet à risque, ne consommez pas d'alcool, et surtout pas de bière. Ne vous fiez pas au degré d'alcool et si le vin ne montre aucun effet dans cette étude, rien ne dit qu'il contient un agent protecteur et qu'il n'est pas néfaste en grande quantité. En attendant des réponses à ses deux questions, abstenez-vous.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 09 Juin 2004 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 07 Octobre 2015 : 17h46
Source : The Lancet, pp 1277-1281, avril 2004.
A lire aussi
Crise de goutte : que faut-il boire et ne pas boire ? Publié le 07/12/2009 - 00h00

La goutte est une maladie à forte prédominance masculine, qui se manifeste par des crises intenses et de survenue brutale, de douleurs à la base du gros orteil. Les boissons alcoolisées sont pointées du doigt. En pratique, quelles sont les boissons recommandées et celles à éviter lorsque...

Calculs rénaux et colique néphrétique Publié le 06/09/2001 - 00h00

Un calcul rénal résulte de la formation de cristaux de sels et de minéraux dans l'urine. En adhérant les uns aux autres, ces cristaux peuvent former, dans les reins ou les voies urinaires, une pierre (calcul) d'une grosseur allant de la taille d'un grain de sable à celle d'une balle de golf.

Le vin, ami ou ennemi ? Publié le 02/06/2014 - 08h00

On l’entend souvent : « le vin, c’est plein de bonnes choses, c'est bon pour le  cœur ! ». Mais, entre les vertus supposées du vin et ses potentiels dangers pour la santé, comment savoir ce qui pèse le plus lourd dans la balance ?

La crise de goutte, une fois n'est pas coutume Publié le 25/02/2004 - 00h00

Dans les pays occidentaux, 1% de la population est touché avec une forte prédominance masculine (7 à 9 hommes pour une femme). La goutte est due à un excès d'acide urique dont la précipitation en microcristaux dans une articulation provoque une inflammation aiguë. Au-delà de la prise en...

Plus d'articles