Enfants handicapés, parents malades

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 22 Septembre 2004 : 02h00
-A +A
S'occuper d'un enfant lourdement handicapé relève du véritable parcours du combattant et a de lourdes répercussions sur l'état de santé des parents. Ce triste constat est révélé pour la première fois par une étude épidémiologique canadienne.

Si éduquer un enfant en bonne santé n'est pas toujours difficile, on a du mal à imaginer l'épreuve que peut représenter celle de s'occuper d'un enfant handicapé. Il s'agit d'un vrai sujet d'étude dans le but de mesurer l'ampleur des répercussions sur les parents.Des épidémiologistes canadiens ont entrepris une telle étude, comparant l'état de santé de 468 parents d'enfants souffrant d'une paralysie cérébrale à celle d'un groupe de parents témoins.

A niveau d'éducation égal, les parents d'enfants handicapés avaient des revenus inférieurs et ils exercent moins souvent une activité rémunérée (66% contre 81%). Cette constatation confirme bien la charge financière élevée d'un enfant handicapé et l'importance du temps à investir .Les parents d'enfants handicapés présentent davantage de signes de détresse psychologique et de problèmes émotionnels (25% contre 14%). Ils souffrent également plus souvent de troubles cognitifs (39% contre 14%) et de problèmes de santé comme des migraines (24% contre 11%), des ulcères gastriques (8,4 contre 1,7%), de l'asthme (16% contre 6%), des pathologies articulaires (17% contre 7%). Plus généralement, ils ont une santé précaire : seuls 24% ne rapportent aucune pathologie chronique contre 55% dans la population générale.

Ces données prouvent que les parents d'enfant handicapé souffrent de diverses pathologies de stress. Des relations très étroites se nouent entre le handicape de leur enfant et leur santé.

Si s'occuper d'un enfant handicapé est incontournable, il est évident qu'il reste beaucoup à faire en matière de politique de prise en charge et d'aide. Parallèlement, il ne faut pas oublier que toute action défavorisant les parents, se répercutera indirectement sur l'enfant handicapé lui-même.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 22 Septembre 2004 : 02h00
Source : Brehaut J.C. et coll., Pediatrics, 114 : 182-91, 2004.
A lire aussi
Interview : la santé de l'enfant et de l'adolescent Publié le 17/12/2003 - 00h00

L'avenir des jeunes nous concerne tous. En ce sens, nous devons veiller à leur santé, laquelle englobe leur « bien-être physique et moral ». A cette fin, la Fondation Wyeth a été créée pour soutenir des initiatives dans le domaine de la santé de l'enfant et de l'adolescent. Nous avons...

Prématurité : quel avenir pour les enfants nés trop tôt ? Publié le 15/12/2014 - 07h00

En matière de prématurité, la médecine a fait d’énormes progrès et permet à des bébés parfois nés très tôt et très petits de survivre.Mais une fois sortis de l’hôpital, ces enfants ne sont pas toujours sortis d’affaire. Quelles sont les conséquences de la prématurité ?

L'adoption : un " parcours du combattant " bientôt simplifié ? Publié le 02/04/2001 - 00h00

Ségolène Royal, ministre déléguée à la Famille et à l'Enfance, a présenté en Conseil des ministres son projet de réforme de l'adoption. Celui-ci comprend deux volets essentiels : la simplification de l'agrément et l'harmonisation des procédures des organismes attachés à l'adoption à...

Plus d'articles