Douleur : un homme a réussi à la soulager en nageant dans l’eau froide

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Mardi 13 Février 2018 : 13h12

Les médecins ont examiné le cas d'un homme qui a su guérir ses douleurs postopératoires grâce à la natation dans l'eau très froide. 

© Istock
Publicité

Peut-on guérir grâce à l'eau froide ? Un homme de 28 ans qui a souffert de douleurs postopératoires en est convaincu. C'est d'ailleurs grâce à cette technique qu'il a pu soigner ses douleurs alors que rien ne fonctionnait. Son expérience et le rapport qui y est associé sont publiés dans la revue du BMJ Case reports.

Les chercheurs de l'université de Cambridge, supervisés par l'auteur du rapport le Dr Tom Mole, étudient le cas d'un homme qui souffrait avant sa baignade mais plus après. S'il s'avère qu'elle fonctionne sur d'autres patients, cette alternative aux analgésiques puissants et à la physiothérapie serait une grande avancée pour les traitements postopératoires.

A noter tout de même que la natation en eau froide ne convient pas à tout le monde et comporte de nombreux risques. A ne pas tenter seul et sans l'accord d'un médecin !

Nage ou meurt

L'homme à l'origine de cette histoire a 28 ans. Alors qu'il souffrait d'une rougeur excessive du visage, il a subi une opération (sympathectomie thoracique endoscopique) qui a coupé les nerfs de déclenchement dans sa poitrine.

Bien que l'opération se soit parfaitement déroulée, il a par la suite souffert d'une douleur sévère et persistante. Il a testé les traitements conventionnels qui ne semblaient pas avoir d'effets sur lui. Il a également suivi des séances de physiothérapie mais ses douleurs s'aggravaient ce qui l'a poussée à stopper sa réadaptation.

Etant un triathlète avant son opération, le jeune homme a pris une décision radicale, celle de se baigner dans l'eau froide pour se débarrasser de la douleur.

Son défi consistait à nager durant environ une minute dans l'eau froide avant de ressortir. Ce défi l'a stimulé comme il l'explique aux auteurs du rapport : "j'ai d'abord pensé 'bon sang, il fait si froid que je vais mourir !' et j'ai juste nagé pour ma vie".

Publicité

La peur de la noyade à l'origine

Le froid de l'eau qui l'entourait lui a fait oublier sa douleur comme il le raconte "une fois dans l'eau, j'ai eu une vision en tunnel - pour la première fois depuis des mois, j'ai complètement oublié la douleur ou la peur de souffrir de douleurs dans ma poitrine si je bougeais. Tout mon corps tintait avec le froid, je savais juste que si je ne continuais pas à nager, je finirais par me figer, après quelques instants j'ai vraiment apprécié - c'était juste une montée d'adrénaline immersive".

Et miracle après cette nage "quand je suis sorti de l'eau, j'ai réalisé que la douleur neuropathique avait disparu, je ne pouvais pas le croire" poursuit-il.

Pour les auteurs du rapport, il s'agit du premier cas documenté sur le soulagement de la douleur grâce à la baignade en eau froide bien que les bains d'eau froide soient couramment utilisés en médecine sportive pour soulager les blessures.

Parmi les explications possibles pour sa guérison spontannée les plus probables seraient que le choc de l'immersion soudaine dans l'eau froide et la peur de la noyade ont pu amener une vague d'activité du système nerveux et un niveau de conscience altéré qui aurait conduit à une altération de la perception de la douleur (son cerveau a dit à son corps qu'il n'avait plus mal).

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Mardi 13 Février 2018 : 13h12
A lire aussi
Baignade autoriséePublié le 09/08/2002 - 00h00

Pour bon nombre d'entre nous, la période estivale rime avec baignade. Or chaque année, malgré les efforts d'information et les mesures préventives, la noyade reste le danger numéro un. Le Ministère chargé de la santé a regroupé les conseils de base pour profiter de la baignade en toute...

Noyade été : déjà 109 décès depuis le 1er juinPublié le 16/07/2015 - 14h50

La baignade estivale s’est bien installée dans les habitudes des premiers plaisanciers grâce aux grosses chaleurs survenues dès ce début d’été, que déjà 275 noyades accidentelles sont recensées, et parmi elles, 109 décès. La prévention demeure la meilleure des protections. 

Plus d'articles