Douleur : comment fonctionnent les patchs ?

Publié par La Rédaction E-Santé le Mardi 10 Avril 2018 : 13h02
Il existe aujourd’hui des patchs antidouleur qui sont efficaces contre divers types de douleurs telles que les courbatures, les dorsalgies, les rhumatismes, etc. Mais comment fonctionnent-ils ? Quelles sont les indications et les limites de ces dispositifs antidouleur ?
© Istock

Principe des patchs antidouleur

Les patchs antidouleur sont des dispositifs qui vont délivrer de la chaleur. En effet, on sait que la chaleur exerce une action apaisante sur de nombreux types de douleurs en favorisant la vascularisation de la zone (ce qui améliore notamment l’apport en oxygène), l’élimination des toxines et la décontraction des muscles. Concrètement, les patchs antidouleur activent divers composants qui vont entraîner une réaction chimique au contact de l’air et générer de la chaleur.

PUB

Indications et limites des patchs antidouleur

Les patchs antidouleur deviennent efficaces environ 20 minutes après leur application. Ils sont intéressants en cas de douleurs musculaires ponctuelles. La diffusion de chaleur se poursuit jusqu’à entre 8 et 10 heures. À usage unique, ils sont faciles à appliquer ; il suffit de les mettre en place sur une peau sèche et non lésée (ils ne conviennent donc pas aux personnes souffrant d’eczéma ou de psoriasis). Ils sont toutefois contre-indiqués chez les personnes qui souffrent d’insuffisance veineuse, chez les femmes enceintes ou chez ceux qui souffrent de diabète ou qui sont insensibles à la chaleur, le patch pouvant entraîner des rougeurs ou un gonflement. Il faut également s’assurer que le patch ne sera pas comprimé par une ceinture ou des vêtements trop serrés. Il est déconseillé de les garder pour dormir.

Publié par La Rédaction E-Santé le Mardi 10 Avril 2018 : 13h02
A lire aussi
Contre la douleur : glace ou chaleur ?Publié le 26/04/2005 - 00h00

Dans son livre « Rhumatismes, un mal de saison ? », Jacqueline Tarkiel répond à cette question : est-il préférable de recourir à la chaleur ou à la glace pour soulager la douleur ? La réponse n'est pas si simple. Quelques explications.

Mal ? Le droit de ne plus souffrirPublié le 10/04/2007 - 00h00

Trop longtemps ignorée par la médecine, la douleur est enfin reconnue aujourd'hui. Reste que dans les faits, sa prise en charge ressemble trop souvent encore à une loterie. Et pourtant, souffrir est incompatible avec la vie. Soulager le patient, c'est possible.

Douleur : en finir sans médicaments !Publié le 20/02/2017 - 10h26

La douleur est le premier motif de consultation !  Ainsi, un Français sur trois souffre de façon chronique. Quand elle s’éternise au-delà de trois mois, la douleur devient une maladie à part entière. Et entraîne dans son sillage anxiété, dépression, troubles du sommeil... En bref, elle...

Plus d'articles