Don d'organe : 10 questions, 10 réponses

Publié par Dr Catherine Solano le Vendredi 05 Mars 2010 : 01h00
Mis à jour le Mardi 11 Octobre 2016 : 16h00
Donner ses organes est un geste de générosité. Oui, mais comment cela se passe-t-il ? A quoi ca sert exactement ? Savez-vous tout ce qu'il est bon de savoir sur ce sujet ? Testez-vous.

1) Le don d'organe, à quoi sert-il ?

Le don d'organe sert à pratiquer des greffes sur des personnes dont un organe ne fonctionne plus, et non pas à la recherche scientifique pour étudier l'effet des médicaments sur ces organes.

Le don d'organe permet de réaliser des greffes d'organe sain sur des personnes malades.

La recherche médicale sur organe ne peut être pratiquée que sur des personnes qui lèguent leur corps à la science, ce qui est très différent.

2) Le don d'organe ne peut se faire que lorsque quelqu'un est décédé.

Faux, il existe des dons d'organe à partir de donneurs vivants.

Le don de rein est en ce domaine le plus pratiqué. En effet, il suffit d'un seul rein fonctionnel pour vivre et il existe de nombreux dons intrafamiliaux à partir de donneurs vivants.

3) Comment fait-on pour refuser de donner ses organes ?

Il existe un registre de refus du don d'organes. Toute personne peut s'inscrire dessus pour signifier son refus.

Ce registre est national et il est consulté automatiquement si un jour vous êtes en situation de mort cérébrale et candidat pour donner vos organes.

Voici deux adresses pour se positionner face au don :

Depuis la publication d’un décret le 11 août 2016, il existe une autre possibilité : indiquer par écrit son opposition au prélèvement, dater et signer ce document, puis le confier à un proche.

A lire sur e-sante : Le don d’organes : nouvelle disposition pour affirmer sa position

4) Que se passe-t-il si vous n'avez pas donné votre avis sur le don d'organe avant votre décès ?

On peut prélever vos organes sans votre avis. En effet, la loi considère que tout le monde est donneur d’organes par défaut. Autrement dit, si vous n’êtes pas inscrit sur le registre national des refus, ou que vous n'avez pas confié à un proche un document écrit indiquant votre refus, cela signifie implicitement que vous acceptez de donner vos organes.

Mais dans les faits, les équipes médicales consultent les proches du défunt. C’est ainsi que de nombreux dons sont refusés par la famille (40%), faute de connaître la position du défunt. Afin d’éviter cette situation et d’augmenter le nombre de donneurs (indispensable pour répondre aux demandes : plus de 21.000 personnes étaient en attente d'une greffe en France en 2015), indiquez clairement votre position (pour ou contre le don de vos organes) à vos proches pour qu’ils puissent la respecter et qu’ils ne se retrouvent pas dans une situation délicate.

5) Quand on donne un organe, la famille connaît le nom du receveur.

Non, la famille ne connaît jamais le nom du ou des receveurs des organes prélevés.

Le don étant totalement anonyme, il est impossible d'avoir un lien entre le donneur et le receveur. C'est interdit par la loi.

6) Quelles religions s'opposent au don d'organe ?

Aucune religion, qu'il s'agisse du Catholicisme, de l'Islam ou du Judaïsme, ne s'oppose au don d'organe.

Les trois grandes religions monothéistes présentes en France autorisent le don d'organe.

7) Le don de certains organes peut se faire quand on est vivant et cela peut constituer une source d'argent intéressante. Vrai ou faux ?

Faux, en France, il est interdit de vendre ses organes.

En France, le don d'organe est totalement GRATUIT.

Il est interdit par la loi de vendre ou d'acheter des organes. La loi de bioéthique prévoit de lourdes sanctions dans le cas où cela se produit. Il existe pourtant un trafic dans les pays pauvres, car des personnes profitent de la pauvreté de certains pour leur faire miroiter des sommes considérables.

8) A quel âge peut-on donner ses organes ?

On peut prélever les organes d'une personne de sa naissance jusqu'à sa mort.

Il n'y a pas d'âge pour donner ses organes.

Un bébé peut le faire comme une personne très âgée. Tout dépend de l'organe et de son état. Il existe des enfants tout petits ayant besoin d'une greffe pour vivre.

9) Quand on fait un don, quels organes peut-on prélever ?

Le don d'organe concerne le foie, le cœur, les reins, la peau, la cornée, l'ensemble cœur-poumons, les os, le pancréas.

Quand une personne en état de mort cérébrale est candidate au don, on peut prélever plusieurs organes en fonction de leur état. Il est ainsi possible, en décédant, de sauver plusieurs personnes, par exemple de donner ses deux reins, chacun à une personne différente, et son cœur à une autre.

10) Après le don d'organe, dans quel état rend-on le corps du donneur ?

Le corps est respecté et restitué dans un bon état à la famille.

En cas de don d'organe, l'équipe médicale prend grand soin de traiter avec un immense respect le corps du donneur. Elle s'applique à restituer le corps à la famille avec un aspect extérieur tout à fait normal. C'est la moindre des choses quand quelqu'un fait preuve d'une telle générosité.

Publié par Dr Catherine Solano le Vendredi 05 Mars 2010 : 01h00
Mis à jour le Mardi 11 Octobre 2016 : 16h00
A lire aussi
Don d'organe, affirmez votre position !Publié le 25/06/2003 - 00h00

Faites connaître votre décision par rapport au don d'organes et de tissus. A défaut, votre famille sera confrontée à une situation délicate car les médecins lui demanderont de témoigner de votre volonté. Aujourd'hui, dans le doute, les familles ignorant la volonté du défunt s'opposent...

Donneur d'organe ? Faites-le savoir !Publié le 16/06/2004 - 00h00

Des milliers de malades en France ont besoin d'une greffe pour continuer à vivre. Seul le don d'organe, de tissus ou de cellules rend possible cette greffe. Il est important de prendre position de votre vivant, pour ou contre le don de vos organes, et de communiquer votre choix à votre famille....

Don d'organe : faites connaître votre position ! Publié le 06/06/2008 - 00h00

Donneur ou pas, il est impératif de faire connaître sa position à son entourage proche. Trop de refus sont dus à un manque d'information sur la volonté du défunt. Parallèlement, en 2007, 227 personnes sont décédées faute d'avoir reçu à temps un greffon…

Donner un rein de son vivant : matière à réflexionPublié le 19/10/2016 - 07h53

A débuté ce 17 octobre 2016 une campagne d’information sur le don de rein de son vivant. L’objectif de l’Agence de la biomédecine est d’augmenter ce type don d’organe très particulier en répondant aux questions que se pose le grand public, notamment : qui peut donner et pourquoi...

Plus d'articles