Diabète : alerte mondiale

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 01 Octobre 2003 : 02h00
-A +A
Cette maladie est annoncée comme le fléau mondial dévastateur des vingt prochaines années dans les pays développés. Elle est associée au surpoids et à l'obésité, dont les deux grands accusés sont la sédentarité et la « malbouffe ». On estime aujourd'hui à 194 millions le nombre de personnes diabétiques dans le monde, chiffre qui devrait atteindre 333 millions en 2025.

Le diabète de type 2, également dit diabète gras, est de loin le plus fréquent avec 85 à 95% de l'ensemble des patients, principalement âgés de 40 à 59 ans. Les résultats d'une étude capitale, réalisée de 1985 à 1998 en Grande-Bretagne, montrent que pour lutter contre cette maladie il est primordial de maintenir une glycémie (taux de sucre dans le sang) à un niveau aussi normal que possible, mais également de combattre l'hypertension et l'obésité afin de diminuer les risques microcardiovasculaires (rétine, reins). Le traitement passe donc en première intention par un régime alimentaire et une activité physique régulière. Si celui-ci se révèle inefficace, on recourt aux antidiabétiques oraux et parfois aussi à de l'insuline.

Rôle majeur de l'éducation

S'il est aujourd'hui possible de prévenir cette affection et ses complications, il faut se rendre à l'évidence, il s'agit d'une maladie chronique, qui implique une astreinte de tous les jours. La meilleure façon de lutter contre le diabète passe ainsi par l'éducation : apprendre à se soigner, à devenir autonome, à surveiller sa glycémie, à interpréter les résultats, à s'injecter de l'insuline, etc., mais aussi, à gérer ses prises alimentaires de façon judicieuse pour ni se priver ni culpabiliser. Un tel travail sur soi nécessite une prise en charge multidisciplinaire avec des médecins, des infirmières, des diététiciens, des psychologues, etc.Selon le Pr Gérard Cathelineau, président de la Fédération internationale du diabète, pour bien se soigner, il faut apprendre à mieux se connaître afin de comprendre sa maladie et les conséquences de son comportement.

Que faire ? Agir au plus tôt !

La mauvaise nutrition durant l'enfance et l'adolescence fait le lit du diabète : alimentation trop sucrée et trop grasse (chips, confiseries, viennoiseries, sodas). Il est indispensable de leur enseigner les bases d'une bonne hygiène. De leur côté, les parents doivent prendre conscience des ravages engendrés par de mauvaises habitudes alimentaires. Et enfin, nous devons tous, à tout âge, exercer une activité physique régulière.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 01 Octobre 2003 : 02h00
Source : 18e congrès international du diabète, Fédération Internationale du diabète, Paris, du 24 au 29 août 2003.