Deux fois plus de cancers du sein chez les filles Distilbène

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 02 Décembre 2014 : 09h18
Mis à jour le Mardi 02 Décembre 2014 : 10h53

Le Distilbène est un œstrogène de synthèse utilisé entre 1948 et 977. Trente-sept ans après, on continue de recenser les conséquences de ce traitement.

Une étude épidémiologiste nationale indique que les femmes nées d’une mère ayant reçu du Distilbène pendant sa grossesse présentent deux fois plus de risques de développer un cancer du sein.

© Istock

Le risque de cancer du sein double chez les filles Distilbène

Le Distilbène a été prescrit à 200.000 femmes enceintes pour prévenir les fausses-couches. Or cette hormone de synthèse a entraîné chez leurs filles des malformations génitales, des troubles de la fertilité et des grossesses compliquées. Aujourd’hui, on associe également à ce perturbateur endocrinien un surrisque de cancer du sein.

Au cours de cette enquête, 3.436 filles exposées in utero au Distilbène ont été comparées à autant de femmes témoins. On observe ainsi un risque deux fois plus important de développer un cancer du sein chez les 80.000 filles Distilbène.

PUB

Un surrisque de cancer du sein encore mal appréhendé…

Ce surrisque est similaire à celui des femmes ayant des antécédents familiaux de cancer du sein du premier degré (mère, sœur, fille). Les filles Distilbène doivent donc bénéficier d’une surveillance plus rapprochée, et ce d’autant plus s’il y a déjà eu des cancers du sein dans la famille proche. On peut recommander un suivi gynécologique annuel à ces femmes.

On sait encore très peu de choses à propos de ce surrisque dans la mesure où les filles Distilbène ont aujourd’hui dans les 46 ans et que dans la moitié des cas les cancers du sein sont diagnostiqués entre 50 et 69 ans, voire après 69 ans dans 28% des cas…

La troisième génération est touchée elle aussi

Cette étude révèle également un risque de handicaps et de malformations chez les enfants des filles Distilbène : ce nombre d’enfants infirmes moteurs cérébraux plus élevé est attribué à un taux plus important de naissances prématurées.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 02 Décembre 2014 : 09h18
Mis à jour le Mardi 02 Décembre 2014 : 10h53
Source : Réseau DES France, 1er décembre 2014, http://www.des-france.org/accueil/article.php?rubrique=23.
PUB
PUB
A lire aussi
Distilbène : des dégâts sur 3 générationsPublié le 06/04/2011 - 07h54

Les enfants nés de femmes ayant été exposées au Distilbène durant leur grossesse présentent un risque accru de malformations. Selon une nouvelle étude, le Distilbène aurait des répercussions bien plus importantes, jusqu’à la 3e génération…

En santé : telle mère, telle fille !Publié le 03/11/2004 - 00h00

"Telle mère, telle fille", cette expression se révèle très souvent exacte dans divers domaines. Alors pensez à prendre quelques renseignements auprès de votre maman, ils pourront se révéler très précieux, notamment en matière de prévention santé. Vous devez au moins connaître deux...

Victime du distilbène ou l'histoire d'une erreur médicalePublié le 04/03/2002 - 00h00

Le distilbène est un médicament qui a été prescrit aux femmes enceintes jusque dans les années 70, pour prévenir les fausses couches. On s'est alors rendu compte qu'il occasionnait des malformations chez les foetus et qu'il engendrait un risque accru de cancer chez les filles une fois à...

Cauchemar du distilbène : en terminera-t-on un jour ?Publié le 15/04/2002 - 00h00

Le distilbène, oestrogène de synthèse prescrit aux femmes enceintes dans les années 40 à 70 pour éviter les fausses couches, n'a pas fini de faire parler de lui. Déjà tenu pour responsable de malformations génitales et de cancers précoces chez les enfants exposés in utero, il provoquerait...

Plus d'articles