Distilbène : informer pour dépister

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 19 Février 2003 : 01h00
-A +A
Aujourd'hui, la plupart des jeunes femmes exposées in utero au Distilbène, médicament employé autrefois pour éviter les fausses couches et qui s'est par la suite révélé toxique, ont atteint l'âge d'avoir des enfants. Afin de limiter les risques de complications, informations et recommandations sont actuellement diffusées à leur intention.

Entre 1948 et 1977, près de 200.000 Françaises enceintes ont été traitées avec du Distilbène, un œstrogène de synthèse, utilisé à cette époque contre les fausses couches et la prématurité. Hélas, ce produit s'est révélé extrêmement nocif pour la 2e, voire la 3e génération.Aujourd'hui, les 80.000 jeunes femmes de moins de 35 ans exposées in utero à ce médicament risquent des complications lors d'une grossesse. Le pic de prescription du Distilbène ayant eu lieu au début des années 70.

Afin de prévenir ces complications génitales et obstétricales chez les « filles du Distilbène », l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS) s'est lancée dans une campagne d'informations auprès des médecins généralistes, des gynécologues et des obstétriciens.

Chez une femme née avant 1977, une exposition au diéthylstilboestrol (DES), molécule commercialisée sous le nom de « Distilbène » par le laboratoire UCB Pharma et de « Stilboestrol » par le laboratoire Borne, doit être systématiquement recherchée en cas de :

  • bilan de fertilité ;
  • grossesse extra-utérine ;
  • avortements spontanées à répétition du 1er et surtout du 2e trimestre ;
  • accouchement prématuré ;
  • lésions caractéristiques du vagin et/ou du col de l'utérus.

De plus, dans un cadre préventif, il est nécessaire de dépister ces sujets à risque. Ainsi, lors de la visite annuelle chez un gynécologue, il est nécessaire, même en l'absence de symptôme (saignements, infection gynécologique), d'explorer d'éventuelles anomalies du vagin et de l'utérus. Ces lésions sont susceptibles de provoquer des problèmes d'infertilité dans près de 30-40% des cas.Et enfin, en cas de grossesse, ces femmes exposées doivent être particulièrement suivies afin d'éviter tout risque de fausse couche tardive ou d'accouchement prématuré. Avec de telles précautions, les chances d'avoir un enfant en bonne santé à terme s'élèvent à 90%, malgré un contexte souvent difficile à vivre en raison d'une relation mère/fille marquée de culpabilité.Un dernier point reste à préciser, les risques d'adénocarcinome du vagin et du col utérin sont estimés à un pour 1.000 femmes exposées. Mais en tenant compte de l'âge moyen de survenue de cette complication (22 ans en moyenne) et de l'âge actuel des patients, ce problème est désormais exceptionnel.

L'AFSSAPS souligne par ailleurs, que le risque d'atteinte de l'appareil génital est plus lié à la période d'exposition in utero qu'à sa durée ou aux doses prescrites : « la période à risque serait située entre la 6e et la 17e semaine d'aménorrhée. »

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 19 Février 2003 : 01h00
Source : Communiqué de l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS) auprès des médecins généralistes, gynécologues et gynécolgues-obstétriciens, janvier 2003.
A lire aussi
Victime du distilbène ou l'histoire d'une erreur médicale Publié le 04/03/2002 - 00h00

Le distilbène est un médicament qui a été prescrit aux femmes enceintes jusque dans les années 70, pour prévenir les fausses couches. On s'est alors rendu compte qu'il occasionnait des malformations chez les foetus et qu'il engendrait un risque accru de cancer chez les filles une fois à...

Quelles sont les causes de l'infertilité féminine ? Publié le 12/03/2010 - 00h00

L'âge est un facteur très important d'infertilité. En effet, il faut savoir que la fertilité chute progressivement avec l'avancée en âge : la probabilité mensuelle pour une femme d'être enceinte est de 25% à 25 ans à chaque cycle, puis de 12% à 30 ans et seulement de 6% à 40 ans. Mais il...

Cauchemar du distilbène : en terminera-t-on un jour ? Publié le 15/04/2002 - 00h00

Le distilbène, oestrogène de synthèse prescrit aux femmes enceintes dans les années 40 à 70 pour éviter les fausses couches, n'a pas fini de faire parler de lui. Déjà tenu pour responsable de malformations génitales et de cancers précoces chez les enfants exposés in utero, il provoquerait...

Deux fois plus de cancers du sein chez les filles Distilbène Publié le 02/12/2014 - 08h18

Le Distilbène est un œstrogène de synthèse utilisé entre 1948 et 977. Trente-sept ans après, on continue de recenser les conséquences de ce traitement.Une étude épidémiologiste nationale indique que les femmes nées d’une mère ayant reçu du Distilbène pendant sa grossesse présentent...

Plus d'articles