Des médicaments capables de déclencher un orgasme

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 22 Décembre 2017 : 16h01

Plusieurs médicaments provoquent des orgasmes spontanés. Ceux-ci peuvent survenir jusqu'à 45 fois par jour, selon les patients qui en souffrent.

© Istock

Les effets secondaires des médicaments peuvent parfois s'avérer gênants… Surtout lorsqu'ils se manifestent en public. Rarement évoqué, l'orgasme spontané fait pourtant partie des conséquences de certains traitements. En témoigne une revue de la littérature repérée par notre confrère Marc Gozlan et publiée dans Clinical Neuropharmacology.

Ce travail, réalisé par des chercheurs de l'université Chang Gung de Taiwan, se penche sur les dossiers de 25 personnes souffrant toutes du même problème : des orgasmes survenant à cause d'un traitement ou d'une combinaison de traitement. Si cela peut faire sourire, l'ampleur peut parfois s'avérer handicapante.

Une personne a ainsi souffert de 5 à 45 orgasmes par jour. Une Américaine de 36 ans a, quant à elle, subi une jouissance incontrôlée pendant plus d'une heure… alors qu'elle faisait ses courses.

Une jouissance plutôt courte

Outre la gêne qu'ils peuvent solliciter, ces orgasmes  impromptus ne s'accompagnent pas toujours d'une excitation physique. Seul un patient sur deux en témoigne. Les hommes n'ont, eux non plus, pas toujours de manifestation visible de cet effet indésirable. La moitié d'entre eux n'éjacule pas.

Les médicaments à l'origine de ces extases publiques sont de nature assez variée. Mais certains coupables ressortent régulièrement. L'Américaine de 35 ans était ainsi sous antidépresseurs. Les orgasmes se sont manifestés lorsque le bupropion a été ajouté à la sertraline dans son traitement.

Un ouvrier taiwanais de 46 ans a lui aussi vu les symptômes apparaître après le début d'un traitement similaire. Dépressif depuis plusieurs années, il a souffert d'un à trois orgasmes par jour jusqu'à l'arrêt du médicament. Une jouissance plutôt courte, puisqu'elle durait moins d'une minute et ne provoquait pas d'érection. Son état est, heureusement, revenu à la normale lorsque sa prescription a été mise à jour.

PUB

Des médicaments neurologiques en cause

En fait, plusieurs classes de médicaments ont pour effet de provoquer des orgasmes spontanés. C'est le cas de certains antidépresseurs mais aussi d'agonistes de la dopamine, indiqués dans la maladie de Parkinson. Des combinaisons d'anticancéreux, des antipsychotiques et des psychostimulants ont également été mis en cause.

Ces molécules partagent un point commun : elles agissent toutes sur la chimie du cerveau. Ce qui peut, parfois, produire des manifestations étonnantes. La clomipramine, par exemple, est à l'origine d'orgasmes spontanés quand les patients bâillent. Un effet qui a quelque peu gêné les autorités sanitaires, comme le révélait Libération en 1995.

La dépression expliquée en vidéo

A lire aussi
Maux de tête : 10 choses à savoirPublié le 01/01/2002 - 00h00

D'origine musculaire, cervicale, traumatique ou signe de migraines, les maux de tête peuvent être épisodiques ou chroniques, affectant grandement, dans ce dernier cas, la qualité de vie du patient. Causes, mécanismes, solutions... Voici les 10 choses à savoir.

Antidépresseurs : la sexualité en prend un coupPublié le 16/04/2003 - 00h00

De nombreux médicaments ont un effet négatif sur la sexualité. Et les antidépresseurs s’ils améliorent les dépressions, détériorent souvent la fonction sexuelle, atteignant en particulier le désir sexuel, la fameuse libido. On pourrait penser que face à une dépression, quelques troubles...

Sexologie : éjaculation difficile, un problème fréquentPublié le 13/03/2006 - 00h00

L'éjaculation précoce, tout le monde en a entendu parler et 30% des hommes en ont souffert ! Mais l'éjaculation tardive, difficile, voire impossible, paraît un souci plus inattendu. Pourtant, il est fréquent en consultation de sexologie de rencontrer un homme gêné par ce problème.

Problèmes urinaires et sexualité féminine Publié le 06/09/2005 - 00h00

Les problèmes urinaires sont souvent extrêmement gênants, même lorsqu'ils ne sont pas médicalement graves. Ils provoquent souvent une gêne, une honte. Comme ils agressent une zone très proche de la région sexuelle, ils ont très souvent des incidences méconnues sur la sexualité...

Plus d'articles