3% des hospitalisations dues aux médicaments

Publié le Jeudi 20 Avril 2000 : 02h00
-A +A
Dans une étude menée en France sur un échantillon représentatif des hôpitaux publics (généraux et universitaires), plus de trois pour cent des admissions ont été attribuées à l'effet indésirable d'un médicament.

Globalement, sur 3137 patients admis dans 62 services des 33 hôpitaux généraux et universitaires inclus pendant l'étude, 100 (soit 3,19 %) l'ont été en raison de l'effet indésirable d'un médicament. Sur ces 100 malades, 78 ont guéri complètement, 9 ont été atteints de lésions irréversibles, et 9 sont décédés. Les malades les plus souvent atteints ont été les personnes âgées et les femmes. Ce résultat est logique, puisque ce sont les plus gros consommateurs de médicaments et qu'en France, les femmes vivent en moyenne 9 ans de plus que les hommes.

Les médicaments pour le cœur en première ligne

Les médicaments jugés responsables dans ces effets indésirables ont été au nombre de 193. Les plus souvent mis en cause ont été les médicaments pour le cœur (18 cas, soit 9 %), et notamment les anti-arythmiques (destinés à régulariser le rythme cardiaque), suivis par les médicaments anticancéreux, les médicaments anti-thrombotiques (destinés à empêcher la coagulation du sang dans les vaisseaux) et les médicaments contre l'hypertension artérielle (8 % des cas chacun). Les effets indésirables les plus fréquents ont été les complications gastriques ou intestinales (27 cas, soit 27 %), et tout particulièrement les hémorragies provoquées par les médicaments anti-coagulants (13 cas) ou par les médicaments anti-inflammatoires (9 cas). La durée moyenne des hospitalisations dues aux effets indésirables des médicaments a été de près de 10 jours. Au total, à partir de ces données, on peut estimer qu'en France, les effets indésirables des médicaments sont à l'origine de plus de 130 000 admissions dans les hôpitaux, conduisant à plus de un million deux cent mille jours d'hospitalisation.

Publié le Jeudi 20 Avril 2000 : 02h00
Source : Pouyanne P. et coll. " Admissions to hospital caused by adverse drug reactions : cross sectional incidence study " British medical journal 2000 ; 320 : 1036.
A lire aussi
L'IVG en pratique Publié le 16/07/2001 - 00h00

Le délai légal d'avortement de dix semaines a été allongé à 12 semaines de grossesse. Adoptée définitivement par l'Assemblée nationale, cette loi a été publiée au Journal Officiel du 7 juillet 2001. Quelque peu en avance sur les dispositions légales, l'Agence Nationale d'Accréditation...

Plus d'articles