Dépression et Prozac® chez l'enfant

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 19 Mars 2003 : 01h00
-A +A
Souvent ignorés ou banalisés, les troubles dépressifs chez l'enfant sont pourtant une réalité. Par ailleurs, une fois diagnostiquée, la prise en charge de cette maladie se heurte encore à l'absence de médicaments ayant fait leur preuve chez les plus jeunes. Une étude tend enfin à montrer l'efficacité du Prozac®, ce célèbre antidépresseur de l'adulte.

Trop souvent confondus avec la “crise de l'adolescence” par les parents, les enseignants et les médecins, la dépression de l'enfant ou de l'adolescent est largement ignorée ou banalisée, en dépit des risques de suicide qu'elle comporte. De plus, cette maladie doit faire évoquer l'existence d'un problème de maltraitance, d'abus sexuel, de viol, etc.

Certes, les dépressions enfantines sont aujourd'hui reconnues, mais elles restent mal détectées et trop tardivement traitées. Pourquoi ? En plus des fausses idées, ces maladies restent assez difficiles à reconnaître car il n'existe pas de signaux d'alertes très évidents. Parmi les signes spécifiques à repérer, citons : l'anxiété de la séparation, les plaintes somatiques (par exemple un mal de ventre), les troubles de l'alimentation, l'hypersomnie et la chute brutale des résultats scolaires. Par ailleurs, certains signes les plus évocateurs n'attirent même plus l'attention de l'entourage, comme une apparente tristesse, un refus scolaire, des fugues, la consommation de drogues ou d'alcool.

Pourtant, comme pour l'adulte, la dépression est une affection que l'on doit détecter au plus tôt afin de la traiter au plus vite. Malheureusement, les antidépresseurs n'ont que rarement fait leurs preuves d'efficacité chez les enfants. Et sans ce rapport bénéfices/risques, la liste des spécialités pharmaceutiques dont disposent les médecins est limitée. En fait, même s'ils les utilisent, les pédopsychiatres n'ont guère d'essai démontrant le bien-fondé de l'utilisation des antidépresseurs chez leurs jeunes patients déprimés.

D'où tout l'intérêt de cette étude ayant comparé les effets du Prozac® à un placebo pendant deux mois chez 122 enfants de 8 à 13 ans et 97 adolescents de 13 à 18 ans. Les résultats démontrent une très nette supériorité d'efficacité de cet antidépresseur. Malgré quelques céphalées, les auteurs précisent la très bonne tolérance des jeunes au Prozac®.

Certes, on aurait aimé avoir un peu plus de détails, par exemple à propos des facteurs de prédiction (âge, sexe, forme de dépression), mais cet essai a le mérite d'apporter enfin des arguments scientifiques aux thérapeutes de nos enfants.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 19 Mars 2003 : 01h00
Source : Emsilie G.J. et coll., J. Am. Acad. Child Adolesc. Psychiatry, 41 : 1205-1215, 2002.
A lire aussi
Antidépresseurs : en finir avec les idées reçues Publié le 23/05/2014 - 18h03

La dépression est une vraie maladie qui nécessite une prise en charge adaptée. Il existe aujourd’hui des traitements efficaces, notamment médicamenteux, représentés par les antidépresseurs. Pour que les informations erronées autour de ces médicaments ne détournent pas les patients d’un...

Trichotillomanie : à s'arracher les cheveux Publié le 24/09/2003 - 00h00

La trichotillomanie est un trouble psychologique apparenté aux troubles obsessionnels compulsifs (TOC), qui consiste à s'arracher les cheveux. Dans les cas les plus graves, elle est source de handicap non négligeable. Délaissée par la recherche médicale, la trichotillomanie reste un parent...

La thérapie cognitive efficace contre la dépression Publié le 18/05/2000 - 00h00

Chez les patients atteints de dépression légère à modérée, une psychothérapie par la thérapie cognitive a un effet bénéfique aussi marqué qu'une psychothérapie de type comportementale... et supérieur à celui des médicaments antidépresseurs.

Plus d'articles