Dépistage précoce du cancer du poumon : bientôt une prise de sang suffira !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 03 Novembre 2014 : 12h21
Mis à jour le Lundi 03 Novembre 2014 : 13h13

Alors que le cancer du poumon est souvent diagnostiqué tardivement avec un sombre pronostic, des chercheurs niçois suggèrent que désormais, une simple prise de sang pourrait suffire à repérer des tumeurs pulmonaires à un stade très précoce…

© Istock

Une prise de sang pour détecter très tôt un cancer du poumon

L'équipe du Professeur Hofman à Nice (Institut de recherche sur le cancer et le vieillissement, Nice-Ircan) vient de confirmer l’efficacité d’un nouveau test dénommé ISET ("Isolation by Size of Tumor Cells") pour diagnostiquer précocement un cancer du poumon et ainsi améliorer considérablement le pronostic des patients.

Ce test nécessite une simple prise de sang et il permet de détecter des cellules tumorales à un stade précoce, ce qui est actuellement impossible avec l’imagerie médicale (scanner).

Il a été expérimenté chez 245 personnes dont 168 étaient des fumeurs atteints d’une BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) et ayant donc un risque élevé de développer un cancer du poumon. Avec l’ISET des cellules tumorales ont été repérées chez 5 patients. Mais c’est seulement 1 à 4 ans plus tard que ces tumeurs ont été observées par scanner.

Sachant que le cancer du poumon est le plus meurtrier (87% des patients décèdent 5 ans après le diagnostic en moyenne), ces années gagnées grâce à un dépistage précoce peuvent avoir un impact sur l'espérance de vie des patients.

PUB

Un test qui sera rapidement applicable

Dès fin 2014, ce test sera commercialisé en France mais dans un premier temps uniquement à destination des patients déjà atteints d’un cancer (dans un cadre de surveillance, d’évaluation de l’efficacité des traitements et de décisions thérapeutiques). Avant qu’il ne soit proposé de façon plus large, notamment à des personnes à risque de développer un cancer du poumon (fumeurs, maladies pulmonaires…), de nouveaux essais sont encore nécessaires. Cela dit, la révolution est en marche et elle devrait être rapidement applicable…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 03 Novembre 2014 : 12h21
Mis à jour le Lundi 03 Novembre 2014 : 13h13
Source : Ilie Marius et coll., Plos One, Published: October 31, 2014, DOI: 10.1371/journal.pone.0111597, http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0111597.
PUB
PUB
A lire aussi
Cancer de la peau : histoire d'une guérison spectaculairePublié le 07/07/2008 - 00h00

Un homme atteint d'un grave cancer de la peau (mélanome), a bénéficié en dernier recours d'une thérapie de pointe encore expérimentale. Deux mois après l'initiation du traitement, la tumeur a disparu et n'est toujours pas réapparue deux ans plus tard. Explications sur cette guérison...

Les 6 cancers les plus fréquents chez la femmePublié le 19/02/2018 - 13h12

Les femmes sont autant touchées par le cancer que les hommes. Mais, ce ne seront pas les mêmes. Découverte des 6 plus fréquents au féminin avec le Dr Jean-Loup Dervaux, médecin et auteur de nombreux ouvrages sur la santé dont "Bilans de santé personnalisés" aux éditions Dangles.

Cancer du rein : une nouvelle thérapiePublié le 12/06/2006 - 00h00

Afin de diminuer les effets secondaires des traitements contre le cancer, les chercheurs essayent de développer de nouvelles molécules capables de s'attaquer beaucoup plus spécifiquement aux cellules cancéreuses et non aux cellules saines avoisinantes. Un tel traitement vient de donner des...

Plus d'articles