Bientôt des médicaments à l’unité ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 27 Septembre 2013 : 12h39
Mis à jour le Mardi 01 Octobre 2013 : 08h55

Dans le cadre du Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale (PLFSS), Marisol Touraine, la Ministre de la Santé, envisage la prescription de médicaments à l’unité.

Pour l’instant, il s’agirait d’une expérimentation ne concernant que certains médicaments ciblés.

© Istock

Réduire une partie du déficit de la Sécurité sociale via la vente de médicaments à l’unité

Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) présenté jeudi 26 septembre par Marisol Touraine vise à ramener le déficit de la Sécurité Sociale à 12,8 milliards d’euros en 2014 (contre 16,2 milliards en 2013), ce qui représente une économie prévisionnelle de 4 milliards d’euros.

Une partie de ces économies implique les médicaments, avec notamment une baisse des prix, une optimisation des génériques, etc. Dans ce domaine la Ministre de la Santé envisage également la distribution de médicaments à l’unité, ce qui contribuerait parallèlement à lutter contre la surconsommation de médicaments, dangereuse pour les patients et préjudiciable à l’environnement.

PUB

La vente de médicaments à l’unité va être expérimentée

À ce jour, nous n’en sommes qu’à un projet expérimental, qui ne concernera que quelques médicaments, les antibiotiques notamment, quelques régions et certaines pharmacies. C’est seulement à l’issue des premiers résultats de cet essai qu’il sera décidé d’étendre ou non ce projet.

Outre des économies, la sécurité des patients pourrait en bénéficier : sur les 1,5 kg de médicaments inutilisés par les Français en moyenne chaque année, certains sont réutilisés à tort en automédication par le patient lui-même ou sont ramenés à la pharmacie pour entrer dans le procédé de recyclage visant à protéger l’environnement et sinon jetés à la poubelle…

En pratique, le pharmacien délivrera le nombre d’unités dont le patient a besoin pour son traitement. Mais en cas de nécessité, le pharmacien pourra compléter sans qu’il soit utile de repasser par le médecin pour avoir une nouvelle ordonnance. À suivre…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 27 Septembre 2013 : 12h39
Mis à jour le Mardi 01 Octobre 2013 : 08h55
Source : Le Parisien, 26 septembre 2013.
PUB
PUB
A lire aussi
Feu vert aux antibiotiques à l’unitéPublié le 25/10/2013 - 12h55

L’Assemblée Nationale vient de donner son feu vert pour expérimenter les ventes d’antibiotiques à l’unité.Cette distribution au compte-goutte sera en premier lieu testée dans des pharmacies volontaires, évaluées à ce jour à plus de 200.

Le prix du plaisirPublié le 21/06/2005 - 00h00

Depuis quelques années, il existe des médicaments à visée sexologique, en particulier des facilitateurs de l'érection. Il ne s'agit pas vraiment de soigner une maladie, mais d'y pallier ou d'aider à lever des blocages entraînés par une anxiété paralysante. Mais quel prix un homme est-il...

Arrêt du tabac : combien ça coûte ?Publié le 11/01/2010 - 00h00

Arrêter de fumer est une aventure périlleuse qui nécessite de l'aide. Mais recourir à des substituts nicotiniques, au Champix, à un tabacologue, etc., combien ca coûte ? Chaque traitement ayant son prix, à quel budget faut-il s'attendre ?

Plus d'articles