Médicaments : vive la DCI !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 11 Octobre 2005 : 02h00
-A +A
Un collectif Europe et Médicament vient de débuter une campagne pour promouvoir « le vrai nom du médicament », c'est-à-dire la dénomination commune internationale (DCI), au détriment des noms commerciaux. Cette démarche s'inscrit dans une logique thérapeutique et sécuritaire.

L'efficacité d'un médicament tient à son principe actif, c'est-à-dire à sa dénomination commune internationale (DCI). En France, il existe 1.700 principes actifs, mais plus de 8.000 médicaments. Comment est-ce possible ? Les mêmes principes actifs sont déclinés sous différents noms de marques. Ainsi, Doliprane®, Efferalgan®, Dafalgan® et Dolko® sont tous des noms commerciaux de médicaments contenant le même principe actif : le paracétamol. De la même façon, Advil®, Nureflex® et Antarène® sont des noms de marques ayant tous la même DCI : l'ibuprofène. A multiplier ainsi les noms pour une seule et même substance, il y a grand risque de s'y perdre et de commettre des erreurs. C'est précisément pour cette raison que dans les années 50, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a créé la dénomination commune internationale. Face à la multiplication des noms de marque, elle a décidé d'établir un langage commun dans tous les pays du monde, permettant d'éviter autant que possible les confusions. Si dans certains pays européens, la prescription de médicament en DCI est une pratique courante, ce n'est pas encore le cas en France, puisque moins de 7% des médecins inscrivent le nom des médicaments en DCI sur leurs ordonnances. Pourtant, un accord en juin 2002 stipulait que les médecins s'engageaient à réaliser 25% de leurs prescriptions de médicaments en DCI.Afin de promouvoir la DCI auprès des patients, des professionnels de santé et des pouvoirs publics, une campagne nationale a été lancée à l'initiative d'un collectif Europe et Médicament, composé de la revue « Prescrire », de la Mutualité française (Fnmf) et de l'Union fédérale des consommateurs UFC-Que Choisir.Les arguments visant à favoriser les changements de comportements ne manquent pas :« Utiliser la DCI, c'est aider à ramener chaque médicament à sa juste valeur thérapeutique en s'affranchissant de toute influence promotionnelle ; c'est aider les médecins et les pharmaciens à prévenir les effets indésirables des médicaments et les interactions médicamenteuses ; c'est aider les consommateurs à éviter les surdosages en prenant plusieurs fois le même médicament sous des noms commerciaux différents. »Ainsi, une directive européenne, qui sera prochainement traduite dans le droit français, prévoit d'obliger les laboratoires pharmaceutiques à faire figurer sur la boîte de tous les médicaments le nom en DCI du ou des principes actifs qui le composent. A ce jour, cette obligation se limite aux médicaments ne contenant qu'un seul principe actif. Elle sera étendue à tous les médicaments comprenant jusqu'à trois substances. Par ailleurs, la ou les DCI devront être aussi visibles que le nom commercial, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 11 Octobre 2005 : 02h00
Source : Communiqué de presse du collectif Europe et Médicament, " DCI, le vrai nom du médicament ", 27 septembre 2005.
A lire aussi
Allergie aux médicaments : réelle ou supposée ? Publié le 24/04/2006 - 00h00

Se manifestant généralement par des réactions cutanées, l'allergie aux médicaments est souvent sur-diagnostiquée à tort. Le comportement d'évitement qui s'ensuit n'est donc pas toujours justifié et peut poser problème. Il est essentiel de réaliser un bilan allergologique afin d'en avoir...

L’automédication en toute sécurité Publié le 21/01/2011 - 10h35

En 2009, le marché français de l’automédication représentait près de deux milliards d’euros. Quatre-vingt-cinq pour cent des Français auraient recours à une médication sans avis médicalisé*. Une pratique qui nécessite de prendre quelques précautions... Question/réponse avec ...

Quels sont les grands principes de l'homéopathie ? Publié le 14/01/2011 - 14h54

Honnie par certains, adulée par d'autres, l'homéopathie est probablement la médecine parallèle qui a fait couler le plus d'encre. Pourtant, ses détracteurs comme ses utilisateurs ne connaissent pas forcément ses principes. Voici quelques informations...

Plus d'articles