Après 50 ans, la sexualité est-elle destinée à s’amoindrir ? Réponses d’expert à vos questions

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 15 Décembre 2014 : 08h00
Mis à jour le Jeudi 20 Octobre 2016 : 12h48

Un des thèmes de vos questions sur la sexualité, c’est tout simplement : « qu’est-ce que notre sexualité est destinée à devenir au fil des années ? » En effet, elle participe considérablement à la qualité de vie et peu d’entre nous souhaitent s’en passer un jour…

Voici des réponses à des questions que nous retrouvons régulièrement.

© Istock

Avec ma femme, nous avons une sexualité épanouie qui fonctionne bien. Mais bizarrement, nous sommes tous deux inquiets. À 65 ans, nous nous disons ensemble que ça ne va pas durer ! Donc nous en profitons. Est-ce vrai que la sexualité s’arrête un jour ?

Vous avez raison d’en profiter ! Cependant, on ne peut pas dire que la sexualité s’arrête avec l’âge. Elle continue tant que nous sommes en bonne santé, c’est-à-dire éventuellement très longtemps. Alors, pensez que les soins que vous apportez à votre santé bénéficient aussi à votre vie sexuelle. D’autre part, une bonne nouvelle pour vous : la vie sexuelle à un âge avancé est généralement à l’image de ce qu’elle a été auparavant : elle reste épanouie quand elle l’était déjà… Et elle traine des blocages déjà en place bien plus tôt dans la vie. Vous avez donc de belles perspectives devant vous !

Mon mari fume depuis toujours. Il n’avait jamais eu de problèmes d’érection, et là ça devient vraiment gênant. Je lui dis que c’est le tabac et lui prétend que non, puisqu’il a toujours fumé et que tout fonctionnait bien. Qui a raison ?

C’est bien sûr vous qui avez raison. Le tabac abîme les artères progressivement au fil des années et elles finissent par se boucher progressivement. C’est donc bien souvent après des années de tabagisme que le rétrécissement des artères devient tel qu’il entraîne des troubles érectiles. Le sang qui passe dans les artères n’a plus un débit suffisant pour provoquer des érections de qualité suffisante. Sur le plan des atteintes artérielles, les troubles de l’érection apparaissent en premier, et peuvent être suivis, en moyenne deux ans après, d’autres troubles vasculaires, notamment d’AVC (accident vasculaire cérébral) ou d’infarctus. C’est pour cela que je conseille vivement à votre mari d’aller consulter un cardiologue. Ce n’est plus seulement sa santé sexuelle qui est en jeu, mais sa santé tout court. Il va falloir prendre des mesures !

J’ai 68 ans et je suis veuve depuis plusieurs années. Je viens de faire une rencontre et je ressens beaucoup de désir et une bonne lubrification vaginale. Je suis étonnée car je pensais qu’à mon âge, ce serait très difficile. Est-ce normal ?

Oui bien sûr que c’est normal. On observe qu’après la ménopause, la sécheresse vaginale est plus fréquente et que le désir sexuel diminue souvent. Cependant, des études ont mis en évidence ce que vous vivez actuellement. Si une femme ménopausée souffrant de baisse de libido et de sécheresse vaginale rencontre un nouveau partenaire, et bien, tout fonctionne très bien… car elle se trouve dans un état émotionnel intense. Les émotions ont un impact très important sur les réactions de notre corps. Cela dit, bien évidemment, le corps d’une femme ayant des problèmes de santé (diabète, antécédents de cancer, dépression, prise de médicaments…) pourrait réagir moins bien que le vôtre.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 15 Décembre 2014 : 08h00
Mis à jour le Jeudi 20 Octobre 2016 : 12h48
A lire aussi
7 idées reçues sur la sexualité des personnes âgéesPublié le 23/02/2016 - 11h19

La sexualité des personnes âgées semble bien mystérieuse pour les adultes jeunes, à l’image des interrogations que suscite cette phase de la vie à laquelle nous sommes de plus en plus nombreux à avoir accès. Voici un petit débriefing pour que tombent à jamais les idées reçues les plus...

Plus d'articles