La pornographie néfaste pour le couple ?

Publié par Dr Catherine Solano le Mardi 25 Juin 2002 : 02h00
-A +A
Parmi les effets néfastes de la pornographie, la violence est le premier à nous apparaître. Mais il y en a d'autres pour le couple… Des études américaines révèlent que regarder des films pornographiques rendent la vie sexuelle décevante, au risque de ne plus apprécier le sexe du tout !

Regarder des films X rendrait la vie sexuelle décevante !

Une étude scientifique, menée par des chercheurs de l'Université d'Alabama (1), le démontre. Un groupe A d'hommes et de femmes volontaires visionne une heure par semaine des vidéos X. Le groupe B regarde des sitcoms. Quand on interroge ces personnes, celles du groupe A sont beaucoup moins satisfaites de leur sexualité que celles du groupe B. La raison de l'insatisfaction n'est pas un manque de confiance en soi, mais un jugement négatif du partenaire ! Vraiment, il (ou elle) n'est pas à la hauteur !Au lieu d'apporter un peu de piment ou une certaine inventivité, comme on pourrait le souhaiter, la pornographie amène une déception, un jugement de l'autre comme objet sexuel. On ne le répètera jamais assez : pour vivre une sexualité épanouie, c'est surtout la relation qui prime, pas la prestation de service !

Le risque en devenant un accro de la pornographie est de ne plus apprécier le sexe !

Quand on regarde régulièrement du X, l'excitation a besoin de stimulants de plus en plus forts pour se déclencher.Donc, une personne qui consomme de la pornographie "soft" en grande quantité, finit par trouver cela insuffisamment excitant. Elle va passer à des vidéos sexuellement violentes (femmes attachées…), puis de plus en plus hards, et même sanglantes. C'est un glissement naturel et dangereux. Non parce que cet homme (c'est plus souvent un homme) devient forcément violent, mais parce qu'une sexualité "de base" ne l'excitera plus, ne le comblera plus. Au lieu d'être dans la relation, dans l'amour réel, il vivra dans le fantasme excitant et passera à côté du vrai bonheur de l'amour.Cette constatation vient également d'une étude réalisée par ces mêmes chercheurs américains (2).La pornographie peut ainsi devenir une sorte de drogue, avec une accoutumance, une augmentation des doses de violences et une mise à l'écart du monde réel.

Le bonheur sexuel est, dans la réalité, à la portée de chacun. Il apporte un bien-être général qui va au-delà de la sphère sexuelle. Avoir recours à des images pornographiques, totalement fausses et illusoires, ne fait qu'accroître le fossé entre plaisir et réalité, et nuisent à l'épanouissent du couple.

Publié par Dr Catherine Solano le Mardi 25 Juin 2002 : 02h00
Source : (1) Étude de Dolf Zillmann et Jenning Bryan, chercheurs à l'université de l'Alabama, citée dans le livre : l'intelligence sexuelle de S. Conrad et M. Milburn chez Payot. (2) D. Zillmann, J.Bryant, "Shifting preferences in pornography consumption", Communication Research, 13 (4) : 560-578, citée, elle aussi dans le livre : l'intelligence sexuelle de S. Conrad et M. Milburn chez Payot.
A lire aussi
La pornographie et ses mensonges Publié le 01/07/2002 - 00h00

La pornographie n'apprend pas à faire l'amour. Au contraire, tout y est mensonge, et un homme risque plutôt de ne jamais savoir s'y prendre avec une femme s'il prend des films porno pour modèles !

Sexualité : 7 questions sur les fantasmes sexuels Publié le 31/05/2016 - 10h40

Le fantasme sexuel fait partie de l’imaginaire érotique. C’est une création mentale permettant de déclencher une excitation sexuelle, c’est-à-dire une pensée érotique agissant sur le corps. Le fantasme, c’est un peu à la zone érogène du cerveau ! 

L'addiction sexuelle, qu'est-ce que c'est vraiment ? Publié le 20/05/2011 - 10h00

Les addictions sont classées en deux groupes différents : les addictions à une substance entraînant une dépendance et les addictions sans drogue. L'addiction sexuelle, comme l'addiction au jeu, ou à la nourriture (boulimie), fait donc partie de ces addictions comportementales.

Plus d'articles