Anti-inflammatoires, oui mais...

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 31 Mars 2004 : 02h00
-A +A
Les anti-inflammatoires sont des médicaments très précieux, mais ils entraînent des effets secondaires digestifs sérieux, particulièrement chez les sujets à risque et les plus de 65 ans. Heureusement, des mesures préventives existent.

Les anti-inflammatoires sont très efficaces et largement utilisés, notamment en rhumatologie. Hélas, ils s'accompagnent souvent d'effets indésirables graves, parfois mortels. Le système digestif est le premier touché : brûlures, ulcères, hémorragies digestives.On estime que 30% des patients prenant un anti-inflammatoire non sélectif pendant plus de trois mois, présenteront une lésion ulcéreuse gastrique ou duodénale et qu'environ 1,3% courront un risque vital du fait d'une complication sévère (hémorragie digestive ou perforation).Ces données montrent bien toute l'importance d'identifier les sujets les plus à risque afin de leur proposer parallèlement des solutions préventives.

De grandes études sur ce sujet ont été menées dans les années 80. Citons notamment l'essai intitulé « Aramis » dans lequel 40.000 patients atteints de pathologies rhumatologiques, dont 17.000 étaient sous anti-inflammatoires, ont été suivis durant 25 ans. Ces travaux ont démontré que certains patients sont plus à risque de développer des effets indésirables sous anti-inflammatoire. Ce sont les plus de 65 ans (avec l'âge, les mécanismes de défense de la muqueuse gastrique s'affaiblissent) et les sujets ayant des antécédents d'ulcères ou d'hémorragie digestive.

Quelles sont les mesures préventives ?

Le médecin peut donc, grâce à un simple interrogatoire, évaluer les risques de complication d'un patient et décider de la mise en place d'une stratégie préventive. Celle-ci consiste à prescrire en parallèle du traitement anti-inflammatoire, un médicament grastro-protecteur : protaglandines (misoprostol) ou antisécrétoire (IPP).

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 31 Mars 2004 : 02h00
Source : Etude Aramis (Arthritis, Rheumatism, and Aging medical information System), 1980.
A lire aussi
Ulcères Publié le 07/09/2001 - 00h00

La maladie ulcéreuse est due à une bactérie qui prolifère dans l'estomac : hélicobacter pylori. Heureusement seuls 10 à 15 % des porteurs de cette bactérie feront un ulcère. Mais en cas de symptômes évocateurs il faut vraiment consulter, car le traitement est très efficace et uniquement...

Médicaments contre l'ulcère : trop largement prescrits Publié le 04/12/2006 - 00h00

Les Français prennent trop de médicaments anti-ulcéreux. L'Assurance maladie entend faire diminuer cette consommation, notamment en dénonçant leur utilisation non conforme. En effet, les anti-ulcéreux sont souvent prescrits en dehors de leur indication première, entre autres pour contrer de...

Plus d'articles