Broncho-dilatateur et corticoïde : 2 traitements à bien ajuster pour son asthme

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 04 Mai 2009 : 02h00
Mis à jour le Lundi 22 Avril 2013 : 22h08
-A +A
Sur quoi repose le traitement de l'asthme ? Peut-on s'habituer à son traitement et être obligé d'augmenter les doses ? Comment vérifier si l'asthme est suffisamment bien contrôlé ? Quelques mises au point.

L'asthme : deux mécanismes associés, deux traitements

L'asthme relève de deux mécanismes conjoints :

  • L'inflammation de la muqueuse des bronches : la muqueuse est hypersensible et facilement réactive au contact d'allergènes, de molécules irritantes ou de virus.
  • La constriction des bronches ou le rétrécissement du diamètre des bronches.

Chez l'asthmatique, l'état inflammatoire est permanent ou semi permanent et ne s'accompagne pas de symptôme particulier. En revanche, lorsque survient une crise d'asthme, cette inflammation s'associe à une constriction des bronches, c'est la broncho constriction, qui entraîne une gêne respiratoire avec une sensation d'étouffement plus ou moins intense.

La prise en charge de l'asthme repose donc sur un double traitement :

  • Un traitement de fond pour lutter contre l'inflammation (corticoïde anti-inflammatoire) et ainsi prévenir les crises d'asthme.
  • Un traitement de la crise : inhalation d'un broncho-dilatateur pour soulager rapidement la sensation d'étouffement.

Peut-on s'habituer aux broncho-dilatateurs ?

Autrement dit, à force de prendre des broncho-dilatateurs, existe-t-il un risque d'accoutumance, nécessitant d'augmenter la dose efficace et la fréquence ? La réponse est non. En revanche, cette croyance a probablement pour origine le fait que certains asthmatiques recourent trop facilement aux broncho-dilatateurs et négligent le traitement de fond par corticoïdes. Or sans ce dernier, les crises auront tendance à se répéter plus souvent et à aggraver les manifestations de l'asthme. Résultat, on peut avoir l'impression que les broncho-dilatateurs sont de moins en moins efficaces, alors qu'il s'agit en fait d'une aggravation de l'inflammation et donc de la maladie asthmatique.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 04 Mai 2009 : 02h00
Mis à jour le Lundi 22 Avril 2013 : 22h08
Source : Dossier de presse, Journée mondiale de l'asthme 2009, Asthme & Allergies.
A lire aussi
Asthme : comment bien gérer son traitement ? Publié le 06/03/2006 - 00h00

L'asthme touche 2,5 à 3,5 millions de Français. L'asthme perturbe fortement la qualité de vie du malade et est malheureusement la cause d'environ 63.000 hospitalisations et 2.000 décès par an en France. La prise en charge de la personne asthmatique peut donc être encore largement optimisée.

Savoir pour bien vivre avec son asthme Publié le 28/11/2008 - 00h00

L'asthme, maladie inflammatoire des voies respiratoires, s'accompagne d'une gêne respiratoire et de crises d'asthme fréquentes. Des traitements existent, capables de faire disparaître les symptômes. Mais pour mieux vivre cette affection au quotidien, quelques connaissances s'imposent...

Avez-vous du souffle ? Publié le 27/09/2010 - 14h56

La respiration est vitale, mais aussi fragile ! Asthme, BPCO, fibrose pulmonaire, autant de pathologies qui laissent le souffle court… Comment les détecter ? Comment protéger ses poumons ? Côté Santé vous souffle les réponses !

Asthme Publié le 24/11/2015 - 14h45

L’asthme est une maladie chronique répandue qui peut nuire grandement à la qualité de vie du patient. Les plantes peuvent agir comme adjuvant des traitements classiques. Plantain, curcuma, lierre, lavande : des plantes pour vous aider en cas d'asthme

Plus d'articles