Le vrai amour est inconditionnel

Publié par Dr Catherine Solano le Mardi 02 Janvier 2007 : 01h00
Nous avons besoin de nous sentir aimés pour être bien dans notre peau, besoin de sentir de l'affection. Si nous n'avons pas le sentiment d'être aimés, nous recherchons, de manière presque maladive à nous faire aimer. Nos actions sont alors uniquement posées dans un souci de plaire à l'autre. Pourquoi certains d'entre nous en arrivent-ils à agir ainsi, à agir en fonction du désir des autres et non plus de leurs propres désirs ?
PUB

Pourquoi agir en fonction du désir des autres ?

Cette nécessité de répondre au désir des autres vient le plus souvent de notre enfance. Si, dans mon enfance, j'ai eu le sentiment de ne pas être aimé, ou plutôt si j'ai ressenti la peur de ne plus être aimé, je peux rester dans cette angoisse.

PUB
PUB

Quelles circonstances peuvent faire que je ressente cette peur de ne pas être aimé ?

C'est tout simplement les moments où vos parents vous disent : « Tu es méchant, je ne t'aime plus. » Cela peut se produire parce que vous avez cassé un vase, parce que vous avez eu de mauvaises notes en classe, ou parce que vous tirez les cheveux de votre soeur

Cette remarque : « Je ne t'aime plus » est atroce, extrêmement angoissante pour un enfant. Il va l'intérioriser en pensant : « Si je ne suis pas comme mes parents le désirent, ils ne m'aimeront plus. ». Il apprend donc que l'amour est conditionnel. Mes parents veulent bien m'aimer, à condition que je sois gentil, ordonné, obéissant, propre, serviable, souriant, bon élève, bon en sport, etc.

Or, le vrai amour, celui qui aide un enfant à grandir et à se construire est inconditionnel. C'est plutôt le « Je t'aime, même si » que le « Je t'aime seulement si »

Cela ne signifie nullement qu'il ne faille jamais gronder ses enfants ! Non, ils ont besoin de repères, de se voir signifier des limites, d'apprendre qu'ils doivent respecter les autres. Mais

il faut les gronder parce qu'on les aime, pour les aider à progresser et non les gronder parce qu'on ne les aime plus.

Beaucoup de parents penseront que « Ce n'est pas bien grave de dire je ne t'aime plus » parce que les enfants savent qu'on les aime Mais c'est faux. Ils ont toujours besoin d'être rassurés sur ce point pour se sentir en sécurité Alors, quand on les aime de manière inconditionnelle, ce n'est pas la peine de les faire glisser vers la peur.

Publié par Dr Catherine Solano le Mardi 02 Janvier 2007 : 01h00
PUB
PUB
A lire aussi
Mes enfants se battent tout le tempsPublié le 14/01/2008 - 00h00

''Ma fille de 9 ans et son petit frère de 7 ans se battent sans cesse. Cela commence toujours par de simples chamailleries d'enfants puis le ton monte. Peu à peu, tous deux se mettent alors à crier et finissent par se sauter dessus, se donner des baffes et des coups de pieds. '' Sabine, 33 ans.

Souffrances, peurs et dépendance affectivePublié le 15/10/2007 - 00h00

Souffrances, peur et dépendance, pour en parler, nous avons rencontré Gérald Pagès*, psychothérapeute, dont c'est l'axe privilégié de travail. Nos difficultés à l'âge adulte plongent souvent leurs racines dans des souffrances de la toute petite enfance, et en particulier le manque...

Être doué, c'est quoi ?Publié le 18/04/2005 - 00h00

Il est doué pour la musique, elle a un don pour les mathématiques, pour le dessin ou la danse… Je ne suis pas doué pour le rangement, mais plutôt pour le jardinage : j'ai la main verte. D'où viennent ces dons ? Sont-ils génétiques, liés à l'apprentissage, aux expériences passées ?

Plus d'articles