Votre enfant pleurniche ?

Publié le Lundi 20 Novembre 2006 : 01h00
Il ne parle pas, il pleurniche, pour demander quelque chose, exprimer son mécontentement ou simplement vous accaparer. Comment sortir de ce mode de fonctionnement éreintant ?
PUB

Les raisons

Attirer l'attention

Certains ont pris l'habitude d'interpeller leurs parents par leurs larmoiements. Ils se sont rendus compte qu'en pleurant, en se plaignant, ils attirent plus facilement l'attention. Anne Bacus, psychologue, met en garde contre cette habitude qui peut devenir un mode de fonctionnement. « L'enfant manipule inconsciemment son entourage. Il n'agit pas exprès mais a inconsciemment intégré le fait que ce comportement est plus efficace. Il a l'impression qu'il est plus intéressant, plus aimé quand il pleure ou se plaint. »

Exprimer un malaise

L'enfant peut également pleurnicher parce qu'il manque de sommeil, se sent mal à l'école ou ressent de la tension à la maison, selon Hélène Mathieu, coach et auteur de « Mon enfant s'épanouit » aux Éditions Solar. Dialoguer avec lui, veiller au respect de ses heures de sommeil et réduire les tensions à la maison suffit souvent à faire cesser ce comportement.

Tester les limites

Elle ajoute que chez certains enfants, chouiner pour un rien est un moyen d'obtenir de leurs parents ce qu'ils veulent. Parfois inquiets de la raison de ces pleurs, parfois agacés, mais rarement indifférents, les parents cèdent. Bref, si en pleurnichant l'enfant obtient ce qu'il désire, il continue !

PUB
PUB

Les pistes

À choisir en fonction de la situation et de votre personnalité :

Identifier les causes de ses larmoiements.

Lui expliquer qu'on ne le comprend pas quand il pleure.

Rester sourd à ses paroles.

Ne pas hurler sur l'enfant pour faire cesser ses jérémiades.

Être très attentif à ce qu'il dit dès qu'il parle correctement.

La première semaine, le féliciter à chaque fois qu'il ne pleurniche pas. Puis espacer les félicitations. L'enfant doit progressivement intégrer que parler est le moyen normal de communiquer.

Au début, on peut récompenser les journées passées sans chouiner.

Persévérer, ce mode de fonctionnement est souvent long et fastidieux à enrayer. Il faut imprimer un nouveau mode de fonctionnement pour effacer le précédent.

Publié le Lundi 20 Novembre 2006 : 01h00
Source : PsychoEnfants, novembre/décembre 2006.
PUB
PUB
PUB
A lire aussi
Chacun dans son lit !Publié le 14/05/2003 - 00h00

Maman, j'ai peur, je peux venir dans ton lit ? Quel enfant n'a pas un jour eu envie de dormir dans le lit de ses parents ? Quel parent n'a pas une fois accepté que son enfant passe un moment dans son lit ? Si l'exception se transforme en une habitude de vie et de sommeil, cela mérite de prendre un...

Les troubles du sommeil de l'enfantPublié le 26/10/2001 - 00h00

Les troubles du sommeil sont relativement fréquents chez le jeune enfant et ne deviennent véritablement ennuyeux que s'ils se répètent fréquemment. Le plus souvent, ils sont l'expression des angoisses que peut ressentir l'enfant face à une situation conflictuelle, notamment au sein de la...

Mon enfant dort mal… que faire ? Publié le 09/12/2012 - 23h00

Petit dormeur ou gros dormeur, chaque enfant est différent. Si les besoins en sommeil varient en fonction de l’âge, assurer qualité et quantité est fondamental dès la naissance.

Manque de sommeil : avec les écrans, nous devenons des dormeurs sentinellesPublié le 12/07/2016 - 23h04

Un tiers des Français se plaint de troubles du sommeil, de mal dormir ou de manque de sommeil. Comment réparer cette part secrète de nous-mêmes, qui, la nuit, lumières éteintes, consolide nos fonctions notamment la mémoire ? Depuis une quinzaine d’années, on connaît mieux lesnécessaires effets du sommeil sur la physiologie humaine et les dégâts qu’occasionne son insuffisance. Dormir et rêver sont essentiels à notre santé physique et psychique....

Plus d'articles