Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner

Publié le 21 Mai 2012 | Mis à jour le 21 Mai 2012
Auteur(s) : Dr Philippe Presles

C’est le titre du dernier livre de Patrice Van Eersel et c’est vrai que la lecture de ce livre nous fait découvrir bien des choses étonnantes sur notre cerveau.

Notamment que celui-ci est modulable du début à la fin de la vie et qu’il progresse tant qu’on le sollicite. 

Au passage, j’ai pris note des meilleurs conseils pour garder longtemps un cerveau en pleine forme…

PUB

Notre cerveau est modulable

La plasticité cérébrale est une propriété absolument étonnante de notre cerveau qui peut sans cesse se reprogrammer pour corriger les anomalies dont il est victime, que celles-ci soient minimes ou majeures. C’est ainsi qu’à force de volonté et de travail, certaines personnes, comme Jill Bolte Taylor, ont pu récupérer complètement leurs capacités physiques après une attaque cérébrale (Voyage au delà de mon cerveau / Jean-Claude Lattès, 2008).

D’une manière encore plus caricaturale, des scientifiques ont montré que si l’on inversait les nerfs des pattes droite et gauche d’un singe, après une période de chaos, le cerveau du pauvre singe était capable de rétablir les bons circuits.

PUB
PUB

Mieux, on sait depuis peu que le cerveau fabrique tous les jours de nouveaux neurones et qu’il s’en sert à la fois pour se réparer et pour créer de nouvelles facultés en fonction de notre activité.

Le cerveau n’arrête donc jamais de se modeler.

Garder un cerveau en pleine forme toute sa vie

Ce mot de plasticité cérébrale a été inventé par un chercheur, Michael Merzenich, qui a passé l’essentiel de sa vie à développer une méthode destinée aux personnes en difficulté. Comme l’explique Patrice Van Eercel, « les conseils essentiels de Michael Merzenich sont simples » et favorisent tous la plasticité cérébrale. Ils sont donc utiles à tous ceux qui veulent garder un cerveau en pleine forme toute leur vie :

  • Toujours se mettre en situation d’apprendre des choses nouvelles, dans toutes les disciplines, toute sa vie et régulièrement.

  • Se méfier de la pollution sonore et aimer le calme.

  • Éviter la tension artérielle, le diabète et le cholestérol, ennemis majeurs de la plasticité cérébrale.

  • Manger beaucoup de fruits et légumes pour leur richesse en antioxydants.

  • Chercher la gentillesse, le rire et l’empathie car les relations sociales sont très stimulantes pour la plasticité cérébrale.

  • Être physiquement actif, voire sportif, l’activité physique étant tout aussi essentielle pour le cerveau que l’activité intellectuelle.
Soumis par la Rédaction le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés