Votre boulot vous casse les oreilles !

Publié par Claudine De Kock, journaliste santé le Mardi 20 Décembre 2005 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 04 Février 2016 : 17h08

En février 2006 entrera en vigueur une nouvelle directive de l'UE visant à protéger les travailleurs des nuisances sonores. Elle fixe à 87 dB(A) la valeur limite d'exposition au bruit et exige que les risques résultant de l'exposition au bruit soient supprimés à leur source ou réduits au minimum.

PUB

La perte de l'audition due au bruit est l'une des maladies professionnelles les plus courantes au sein de l'Union Européenne. Elle peut avoir des conséquences néfastes sur la vie sociale (isolement) et professionnelle (source de stress supplémentaire, augmentation du risque d'accident, entrave à la communication, diminution de la concentration). Elle coûte aussi très cher car des milliards d'euros sont dépensés chaque année en indemnisations et coûts cachés (congés de maladie, baisse de productivité, accidents). Selon les statistiques, en Europe, un tiers des travailleurs sont exposés à des niveaux sonores élevés pendant plus d'un quart de leur temps de travail.

Maux de tête et nausées

Si dans la plupart des bureaux, les niveaux sonores se situent entre 45 et 60 dB(A), soit bien en dessous du seuil pouvant endommager l'ouïe, il n'empêche que le bruit peut provoquer maux de tête et nausées. Au cours de leur journée de travail, les employés peuvent être soumis à des bruits permanents (ventilation, ordinateurs, musique de fond), intermittents (téléphone) ou brefs (claquement d'une agrafeuse électrique). Le niveau sonore est aussi extrêmement varié: de la sonnette de la porte d'entrée au cliquètement des touches du clavier. En matière de bruit, il en va comme des goûts et des couleurs, la sensibilité varie d'une personne à l'autre.

PUB
PUB

Sus au bruit

Idéalement, les équipements bruyants (photocopieuses, agrafeuses électriques) devraient être regroupés dans un local séparé ou, si ce n'est pas possible, loin des postes de travail, mais pas dans un coin ou contre un mur fermé qui réfléchissent le bruit. Les postes de travail doivent être placés loin des endroits de passage. Entretenez régulièrement le matériel pour éviter les grincements et les couinements en lubrifiant par exemple les gonds des portes et les divers éléments des chaises. Plus délicate, la tâche de réduire les sons produits par les collègues demande une bonne dose de diplomatie. Demandez-leur de baisser le ton au téléphone ou d'aller poursuivre leur conversation dans le couloir, de mettre leur portable en mode silencieux, etc. Quant au bruit de la ventilation, s'il résulte d'une installation vétuste ou inadéquate, vous serez malheureusement obligé de le supporter!

Appliquez-vous avec vos collègues à détecter toutes les sources de bruit et à éliminer celles sur lesquelles vous pouvez agir.

Publié par Claudine De Kock, journaliste santé le Mardi 20 Décembre 2005 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 04 Février 2016 : 17h08
PUB
PUB
A lire aussi
Le travail à domicile, c’est bon pour la santé ?Publié le 28/10/2016 - 10h39

Le travail à domicile commence seulement à se démocratiser en France. On estime qu’entre 2% et 16% des salariés ont un contrat de télétravail, dans la majorité des cas à temps partiel. Quels sont les avantages du « Home office » et comment remédier aux inconvénients pour concilier...

Les risques du métier : le plongeurPublié le 25/04/2006 - 00h00

Douleurs lombaires, TMS, fatigue, stress, surdité, irritations, brûlures, allergies, électrocutions, chutes … le métier de plongeur n'est pas sans risque ! Pour que nous mangions dans de la vaisselle parfaitement propre et hygiénique, il arrive que sa santé trinque !

Plus d'articles