Viande, charcuteries et cancer

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 26 Octobre 2015 : 22h19
Mis à jour le Mardi 27 Octobre 2015 : 11h33

« La viande et les charcuteries donnent le cancer ».

Si vous avez échappé à cette info qui, hier soir, a envahi les télés et Internet, c’est que vous étiez en panne d’électricité et/ou de batterie.

Si vous l’avez entendue et que vous paniquez devant votre bifteck ou votre tranche de jambon, rassurez-vous. 

Publicité

L’OMS, Organisation mondiale de la santé, unanimement respectée, a publié une étude, reprise sur le mode dramatique par une dépêche de l’AFP (Agence France Presse) qui alimente tous les médias.

Dans cette étude, la viande rouge (agneau, cheval, chèvre, bœuf, mouton, porc) est proclamée comme « probablement » cancérogène et les charcuteries comme cancérogènes (tout court).

« Chaque portion de 50 g de viande transformée tous les jours augmente le risque de cancer colorectal de 18% » dit l’étude de l’OMS et « chaque portion de 100 g de viande rouge l’augmenterait de 17% ».

Publicité
Publicité

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil avec cette étude, malgré les titres accrocheurs des médias qui adorent annoncer des catastrophes car ça fait de l’audience.

Il y a longtemps que l’on sait que ce risque existe avec une consommation importante de viandes rouges et de charcuteries.

Mais, en tout cas en France, sa consommation et celles de charcuteries a diminué, au grand dam d’ailleurs des éleveurs. Mais prouvant que ce risque a été intégré, comme celui du tabac pour ceux qui ont arrêté de fumer.

Si vous mangez 50 g de viande ou de charcuterie par jour, soit environ 300 à 350 g par semaine, vous n’augmentez pas le risque d’un cancer du colon, qui peut d’ailleurs avoir d’autres origines que votre alimentation puisqu’il existe un indiscutable facteur d’hérédité.

Si en même temps, vous mangez suffisamment de légumes, de fruits et de céréales, vous emmagasinez les antidotes, c’est-à-dire les fibres et les molécules antioxydantes dont ils sont riches.

Alors, pas de panique !

Régalez-vous avec un bon bifteck venant d’un bœuf labellisé de temps en temps, cuisinez des soupes de légumes et prenez des fruits comme dessert.

ET si un de vos parents a eu un cancer du colon, surveillez-vous et faites-vous dépister régulièrement.

Paule

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 26 Octobre 2015 : 22h19
Mis à jour le Mardi 27 Octobre 2015 : 11h33
PUB
PUB

Contenus sponsorisés