Une fillette de 7 ans fait un arrêt cardiaque dans une piscine, à Saintes

© Istock

A Saintes, en Charente-Maritime, une enfant de sept ans a subi un arrêt cardiaque foudroyant. Prise en charge rapidement, elle a été placée dans un coma artificiel.

Publicité

La sortie piscine a tourné au drame pour cette fillette. Agée de seulement sept ans, une jeune habitante d'Ecoyeux (Charente-Maritime) a été victime d'un arrêt cardiaque alors qu'elle évoluait dans la piscine "Aquarelle" de Saintes (Charente-Maritime), rapporte le journal Sud Ouest.

L'incident s'est produit en dehors des bassins et a été rapidement maîtrisé par les maîtres-nageurs, selon nos confrères. Les secours ont ensuite transporté la fillette à l'hôpital de Saintes, avant qu'elle ne soit redirigée par un établissement de Bordeaux (Gironde).

Publicité
Publicité

Outre la réanimation cardiaque, la jeune victime a été plongée dans un coma artificiel dont elle est ressortie quatre jours plus tard. Ses jours ne seraient plus en danger. Une évolution spectaculaire au regard du faible taux de survie des enfants à un arrêt cardio-respiratoire. Un an plus tard, moins de 5 % des patient.e.s sont encore en vie.

Chaque minute compte

Il faut dire que ce genre d'incident est une urgence absolue. Chaque minute qui s'écoule sans prise en charge réduit de 10 % les chances de survie. La réactivité des maîtres-nageurs a donc été essentielle.

Pour rapport, un arrêt cardio-circulatoire – aussi appelé mort subite cardiaque – se produit lorsque le cœur cesse de fonctionner normalement. Les manifestations sont assez spectaculaires : le ou la patient.e perd brutalement conscience et ne respire plus.

"La cause la plus fréquente d'arrêt cardio-circulatoire est ce qu'on appelle une fibrillation ventriculaire, elle-même souvent déclenchée par un infarctus du myocarde", explique la Fondation Suisse de Cardiologie. Mais de nombreuses causes sont possibles et elles ne sont généralement pas les mêmes chez l'enfant.

Face à un incident de ce type, réagir vite est important. Il faut d'abord contacter les secours puis commencer une réanimation cardiaque – si possible avec des insufflations pour oxygéner l'organisme. Si un défibrillateur automatisé externe (DAE) est disponible, s'en servir est recommandé.

PUB
PUB