Turista : la moitié des voyageurs y ont droit !

Près d'un voyageur sur deux souffre d'une turista, ou diarrhée du voyageur, lors de son séjour. Pas toujours bénigne, la prise en charge de la turista, sur place et au retour, passe par une bonne hydratation. Mais peut-on tout simplement éviter cette fameuse turista ?

PUB

La turista attaque plus de 50 % des voyageurs pour un séjour de trois semaines.

Cette affection est le plus souvent bénigne, mais peut entraîner une gêne considérable et passer à la chronicité, notamment chez les sujets âgés et les jeunes enfants en raison d'une moindre immunité.

Dans la majorité des cas, l'évènement est sans gravité et dure de un à cinq jours. Cependant, dans 40 % des cas, ces troubles digestifs imposent une modification de l'emploi du temps, et dans 20 à 30 % des cas, un alitement de quelques jours. Ainsi, 10 % des diarrhées du voyageur durent plus d'une semaine, tandis que 2% évoluent vers des formes chroniques au retentissement important.

PUB
PUB

Comment prévenir la diarrhée du voyageur ?

La cause est essentiellement bactérienne (80 % des cas), plus rarement un virus ou un parasite (20 % des cas). Les aliments solides, plus que l'eau de boisson, sont les vecteurs principaux de ces germes. Les règles d'hygiène alimentaire restent d'actualité.

Trois règles de base sont essentielles :

  • se laver systématiquement les mains avant les repas et après être allé aux toilettes ;
  • Boire des boissons en bouteille capsulées ;
  • manger des aliments bien cuits et servis brûlants.

Classification des aliments en fonction du risque de contamination

Aliments à risque élevé

  • Fruits de mer
  • Viandes et poissons mal cuits
  • Plats préparés consommés froids
  • Glaces artisanales
  • Crudités
  • Fruits pré-épluchés
  • Lait et produits laitiers
  • Aliments avec traces de moisissures
  • Eau du robinet
  • Boissons non encapsulées.

Aliments à faible (ou sans) risque

  • Plats cuits consommés chauds
  • Pain, biscuits et aliments secs
  • Confiture, miel
  • Fruits épluchés par le voyageur qui s'est lavé les mains au préalable
  • Eau et boissons encapsulées
  • Eau décontaminée par ébullition (au moins une minute), ou par la combinaison d’une filtration (filtre portatif) suivie d’une désinfection (produits à base de DCCNa - dichloroisocyanurate de sodium- ou hypochlorite de sodium).
Publié le 02 Août 2005 | Mis à jour le 21 Juin 2016
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : FMC, Le Quotidien du médecin, 16 juin 2005.