Tumeurs, fibromes, hémorragie… Et si c’est mon radiologue qui « m’opère » ?

Publié par Dr Nathalie Manoukian le Jeudi 19 Février 2015 : 11h37
Mis à jour le Mercredi 04 Mars 2015 : 17h59

Un radiologue réalise des examens utiles au diagnostic, c’est connu. Mais ce qui l’est moins, c’est que le radiologue peut aussi soigner toutes sortes de problèmes variés – y compris nous débarrasser de tumeurs, d’un fibrome ou stopper une hémorragie - en se servant justement de l’échographie ou du scanner ou d’un autre examen d’imagerie pour atteindre très précisément sa cible. Plus de 500 000 actes de radiologie interventionnelle (encore appelée radiologie thérapeutique) sont ainsi réalisés chaque année en France.

© Istock
PUB

La radiofréquence fait partie de l’arsenal thérapeutique du radiologue

En radiologie interventionnelle, le radiologue passe une petite sonde dans les vaisseaux, dans les voies naturelles ou à travers la peau sous contrôle d’un examen d’imagerie, jusqu’à sa cible. Selon le problème à régler, plusieurs solutions s’offrent alors à lui : boucher un vaisseau qui saigne ou des vaisseaux qui nourrissent des tumeurs, brûler des tumeurs par le froid (cryothérapie) ou par la chaleur (radiofréquence), apporter localement un traitement (chimiothérapie, billes radioactives) ou installer un petit dispositif sur place comme un stent (qui ressemble à un petit ressort) pour empêcher qu’une artère ne s’obstrue, etc. De nombreuses spécialités médicales sont ainsi concernées : gynécologie, gastro-entérologie, pneumologie, néphrologie, rhumatologie, cancérologie, neurologie…

PUB
PUB

Le radiologue peut intervenir dans des domaines variés

Grâce à tous ces moyens d’action, le radiologue peut agir en cas d’hémorragie (digestive, pulmonaire, gynécologique). Il peut aussi être en première ligne du traitement d’un cancer (au niveau du foie, du poumon, du rein, etc.) ou d’une tumeur bénigne comme le fibrome. Ce n’est pas tout : l’injection de ciment pour consolider une fracture vertébrale douloureuse ou l’élimination d’un fragment de hernie discale venant comprimer le nerf sont aussi possibles et tout cela, sans qu’il y ait besoin de recourir à la chirurgie classique ! Étant donné que ces gestes demandent une très grande précision et un bon entraînement, il n’y a pas de radiologue interventionnel à tout faire, mais des radiologues hyper spécialisés : le radiologue qui traite une tumeur du foie n’est pas le même que celui qui embolise les artères venant alimenter un fibrome ou qui s’occupe d’arrêter une hémorragie. À chacun sa spécialité !

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
PUB
PUB
A lire aussi
Fibromes utérins, faut-il les enlever et comment ?Publié le 10/03/2008 - 00h00

Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes. Ils peuvent être très nombreux et parfois très volumineux. Mais au-delà de ces deux considérations, la décision d'intervenir dépend avant tout des risques de complications. Nous avons interrogé le Dr David Elia*.

Les traitements du cancer sont en pleine révolutionPublié le 10/03/2014 - 08h00

Président du groupe UNICANCER et directeur général de l’Institut Bergonié (Centre de lutte contre le cancer de Bordeaux), le Pr Josy Reiffers évoque la révolution en cours des traitements de cette maladie.

Fibrome utérin symptomatique : un nouveau traitement très attenduPublié le 14/11/2015 - 12h43

Plus d’une femme sur deux a un fibrome utérin mais celui-ci ne provoque de fortes douleurs et des règles abondantes que dans un quart des cas. Contrairement à une idée reçue, les fibromes sont rarement associés à une infertilité. Cette affection restait sans autre réponse que la chirurgie...

Quoi de neuf dans le traitement des fibromes utérins ?Publié le 24/06/2011 - 09h56

Le traitement non chirurgical des fibromes utérins, opérationnel à Tours depuis juillet 2007, continue à faire preuve de son efficacité. Il s’agit de la thermocoagulation par ultrasons, technique dénommée ExAblate® qui associe l’imagerie IRM et les ultrasons focalisés afin de détruire,...

Plus d'articles