Troubles du langage : les signaux d'alerte

L'acquisition du langage se fait progressivement. Elle dépend du développement anatomique (audition, organes phonatoires, système nerveux central...) et de facteurs environnementaux (affectif, niveau socioculturel familial...). Afin de prendre en charge les troubles du langage le plus tôt possible et d'optimiser ainsi la guérison, il est très important de repérer les signaux d'alerte.

PUB
  • Dès les premiers jours, bébé communique avec le monde extérieur par le regard. Il fixe la bouche et les yeux de son interlocuteur. Il réagit aux stimulations sonores, aux intonations de la voix, à la mélodie et au débit du discours que lui tiennent les adultes.
  • Encouragé par l'adulte qu'il imite, un dialogue se met en place vers 3-4 mois, lequel comprend une insistance du regard, des vocalisations et des sourires.
  • L'acquisition du langage dépend du développement moteur : appareil vocal, coordination des muscles de la face, de la bouche, respiration et intégration sensori-motrice. C'est ainsi que les premiers babillages diversifiés apparaissent en même temps que les activités physiques rythmiques (ex : taper sur la table).
  • Si bébé babille de 3 à 8 mois, aux environs de 10 mois, il répète des syllabes.
  • La même simultanéité s'observe vers l'âge d'un an, entre les premiers pas et l'expression des premiers mots. En plus de « papa » et « maman », bébé commence à produire d'autres mots. A 13 mois, il possède une dizaine de mots, et à 20 mois, une cinquantaine. Ensuite, c'est l'explosion, avec quatre à dix mots supplémentaires par jour, ce qui favorise l'émergence de la syntaxe.
  • Globalement, c'est vers 18 mois que bébé sait caractériser les objets. Cette étape est très importante car se développe sa pensée symbolique : un objet peut être représenté par une image.

Quand s'inquiéter ?

Bébé refuse le contact. Il est indifférent, sourit peu. Il est trop passif ou inversement trop actif, produisant des mouvements stéréotypés lorsqu'il est sujet à de violentes colères. Babillage pauvre, retard dans l'acquisition des premiers mots. Persistance d'un jargon ou une régression du langage déjà acquis. Absence de réaction aux bruits (problème auditif ou difficulté d'intégration des informations auditives). Echolalie (répétition systématique des derniers mots entendus). Reconnaissance limitée des objets. Jeux pauvres. Une intervention spécifique au niveau du langage doit être précoce pour être efficace, soit avant l'âge de 4-5 ans, car à ce stade, les étapes essentielles du développement du langage sont déjà franchies. Socialisation et apprentissage dépendent de la qualité du langage.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 11 Octobre 2005 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 26 Août 2010 : 15h32
Source : 10e Entretiens de la petite enfance, septembre 2005.