Trottinette casse binette

La France assiste à une augmentation des accidents de trottinette. Essentiellement sur la voie publique et résultant d'une chute durant le week-end, les 299 accidents enregistrés entre juillet 2000 et juin 2001 concernent majoritairement les garçons et plus volontiers les jeunes entre 10 et 14 ans.
Publicité

L'Enquête Permanente sur les Accidents de la Vie Courante révèle une hausse progressive des accidents de trottinette en France. Portant sur l'ensemble des incidents domestiques, sportifs, scolaires ou de loisir, à l'exclusion des accidents de la circulation et du travail, cette analyse recense entre juillet 2000 et juin 2001, dans 6 hôpitaux (Annecy, Besançon, Béthune, Bordeaux, Reims et Vannes), 299 traumatismes liés aux trottinettes, soit 0,8% des 37.428 accidents comptabilisés.

Publicité
Publicité

Survenant essentiellement durant le week-end, les victimes sont plus souvent des garçons (58% contre 42% des filles) et des jeunes âgés de 10 à 14 ans (45%). Il s'agit généralement d'une chute (90%), surtout à l'âge de 10 ans (91% des cas). Les autres traumatismes sont dus à des coups, des collisions, des coupures et des écrasements. Les lésions sont principalement des contusions et des hématomes (42%), des fractures (23%) et des plaies ouvertes plus fréquemment rencontrées chez les garçons (26% contre 15% chez les filles) et jusqu'à l'âge de 9 ans. En revanche, les filles sont plus souvent atteintes de luxations et d'entorses.

Les incidents ont lieu dans 69% des cas sur la voie publique, puis aux alentours du domicile (20%), des lieux scolaires et de loisirs (6%) et enfin au domicile (1,7%).L'hospitalisation a été nécessaire dans 8,4% des cas, toujours majoritairement chez les garçons (10% contre 5,6% chez les filles). Heureusement, la durée du séjour est inférieure à une journée (92% des cas).

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 08 Octobre 2002 : 02h00
Source : Enquête EPAC (Enquête Permanente sur les Accidents de la Vie Courante), Bulletin Hebdomadaire Epidémiologique n°38/2002 de l'Institut National de Veille Sanitaire.