Trop d'alcool, trop souvent : la vérité sur vos risques santé

© Istock

L’alcool est certes un plaisir, mais aussi une drogue et une toxine entraînant des effets indésirables, avec à long terme des maladies parfois graves.

Voici un point sur tous les problèmes liés à l’alcoolisation chronique… Sachant que l'alcoolisation aiguë entraîne elle aussi d'autres problèmes.

PUB

Une consommation d’alcool est excessive au-delà de 2 verres par jour pour les femmes et 3 verres par jour pour les hommes, un verre correspondant à 10 grammes d’alcool pur. L’alcoolisme, quant à lui, est une consommation excessive associée à une dépendance.

L’alcool augmente le risque de cancer

De nombreux cancers sont liés à l’alcool, un cancérogène puissant.

Ainsi en est-il du cancer du foie, consécutif à la cirrhose, des cancers de l’œsophage, de la bouche, du pharynx, de la gorge. L’alcool augmente aussi le risque de cancer du sein et de cancer du côlon ou du rectum. L’augmentation de risque de cancer existe déjà dès un verre par jour, dose à laquelle, de toute évidence, on n’est pas alcoolique ! Et plus la quantité d’alcool ingérée quotidiennement augmente, plus le risque de cancer s’élève. En 2009, plus de 15 000 cancers étaient dû à l’alcool en France.

L'alcool est ainsi la deuxième cause de cancer évitable... après le tabac.

L’alcool atteint le foie

C’est son effet toxique le plus connu.

PUB
PUB

L’alcool ingéré de manière chronique commence par déclencher une stéatose hépatique, augmentation de réserve de la graisse dans le foie, exactement comme pour le foie gras ! Ce stade est réversible. Mais si l’alcoolisation continue, il peut aggraver le trouble et être à l’origine de cirrhoses du foie, fibroses non réversibles de cet organe. La cirrhose du foie peut être mortelle car elle correspond à une destruction des cellules du foie remplacées par un tissu fibreux cicatriciel inefficace pour filtrer les toxines.

L’alcool peut aussi entraîner des hépatites alcooliques (inflammation du foie) dès une intoxication durant quelques mois. Elle est mortelle dans 25 % des cas, et peut aussi se produire suite à une consommation plus durable ou sur un foie souffrant de cirrhose.

Publié le 10 Février 2014 | Mis à jour le 10 Décembre 2014
Auteur(s) : Dr Catherine Solano
Source : Barbara Casolla et col.
Voir + de sources
“Heavy alcohol intake and intracerebral hemorrhage”. Neurology September 11, 2012 vol. 79 no. 11 1109-1115 
Collège des enseignants de neurologie : complications neurologiques de l'alcoolisme. http://www.cen-neurologie.fr/2eme-cycle/Items%20inscrits%20dans%20les%20modules%20transversaux/Complications%20neurologiques%20de%20l%27alcoolisme/index.phtml.
La rédaction vous recommande sur Amazon :