Thrombose hémorroïdaire : c'est la crise !

© Istock

Une crise hémorroïdaire, c’est extrêmement douloureux.

Mais que se passe-t-il au juste quand on souffre ? C'est une thrombose...

Comment agir dans ce cas ?  

PUB

Crise hémorroïdaire : quand les hémorroïdes s'enflamment...

Ce que l’on appelle traditionnellement une « crise d’hémorroïdes », c’est une douleur extrêmement vive et intense à l’anus, qui est liée aux hémorroïdes. Celles-ci, contrairement à ce que l’on croit trop souvent, ne sont pas une maladie, mais simplement des veines de l’anus.

Elles sont souvent le lieu de la maladie hémorroïdaire : en raison d’un manque de tonicité veineuse, les veines se déforment, la paroi de l’anus ne parvient plus à les maintenir en place, et elles finissent par faire saillie dans le conduit de l’anus.

PUB
PUB

Evidemment, à cet endroit sensible, cette saillie va entraîner des frottements, de l’inflammation, parfois des plaies, et donc souvent de l’inconfort ou de la douleur.

La crise hémorroïdaire ou thrombose hémorroïdaire est une complication de la maladie hémorroïdaire.

Pourquoi parle-t-on alors de thrombose ?

On parle de thrombose quand une veine est bouchée par un caillot.

Dans le cas de la maladie hémorroïdaire, la plupart du temps la veine affectée sort par l’anus, et le problème s’accompagne d’oedème. On ne connaît pas exactement le mécanisme d’apparition de ce caillot, mais c’est un événement fréquent, qui représente près de 30% des urgences en proctologie.

Le signe le plus important de thrombose hémorroïdaire est la douleur : intense et continue, elle apparaît souvent après un passage à la selle et dure plusieurs jours si elle n’est pas traitée.

Publié le 13 Janvier 2014 | Mis à jour le 14 Janvier 2014
Auteur(s) : Marion Garteiser, journaliste santé