Le tabagisme ultra-passif

On connaissait le tabagismepassif, voici le tabagisme ultra-passif : même lorsque la fumée d'une cigarette a disparu d'une pièce, des particules polluantes persistent et peuvent nuire à la santé.
PUB

Les particules toxiques persistent des mois...

C'est devenu une habitude chez beaucoup de fumeurs : lorsqu'ils fument, ils ouvrent la fenêtre. Ce geste simple est perçu comme une mesure suffisante pour préserver leur entourage, en particuliers leurs enfants, des dangers liées à la fumée de cigarette. Hélas, certaines données scientifiques récentes indiquent qu'il n'en est rien : évacuer la fumée n'évacue pas tous les risques !

PUB
PUB

La fumée de tabac contient des particules polluantes très fines qui restent longtemps en suspension dans l'air avant de se déposer sur le sol, les murs et les meubles. Si ces particules ont du mal à s'accrocher aux revêtements lisses tels que des murs peints ou un sol carrelé, la moquette ou des rideaux constituent de véritables pièges à particules polluantes. Elles s'incrustent et persistent pendant des jours, voire des mois.

A la moindre vibration, les polluants de la fumée de tabac peuvent se remettre en suspension et être à l'origine de ce que les américains appellent le tabagisme 'de troisième main'. En France, on parle de tabagisme ultra-passif. Les personnes les plus susceptibles de subir cette forme de tabagisme sont les jeunes enfants qui jouent près du sol.

Pour réellement préserver leur entourage, les fumeurs impénitents doivent donc s'astreindre à ne jamais fumer à l'intérieur.

Publié le 07 Septembre 2009
Auteur(s) : La Fondation ARC
Source : Winickoff et coll.
Voir + de sources
, Pediatrics, 2009, vol. 123, pp. e74-e79.