Syndrome d’alcoolisation fœtale : zéro alcool pendant la grossesse !

Chaque année, environ 8000 bébés naissent avec un syndrome d’alcoolisation fœtale. Un phénomène dont on parle peu en France et sur lequel l’Académie nationale de médecine tire la sonnette d’alarme.

Publicité

Syndrome d’alcoolisation fœtale : de graves conséquences à long terme

Le placenta ne filtre pas l’alcool. Résultat : il suffit qu’une femme enceinte boive un verre de vin pour que le fœtus y soit immédiatement exposé. En cas d’alcoolisation répétée, les structures cérébrales en développement chez le bébé, donc particulièrement sensibles, peuvent être altérées. Or, les conséquences à long terme du syndrome d'alcoolisation fœtale -dont souffriraient environ 500 000 Français- sont irréversibles : troubles de l’apprentissage, de la mémorisation, du comportement (hyperactivité, agressivité, etc.), tendances addictives, etc.

Publicité
Publicité

A surveiller comme le diabète gestationnel

Dans un récent rapport, l’Académie de médecine rappelle que la consommation d’alcool ne cesse d’augmenter pendant la grossesse malgré la recommandation officielle « zéro alcool pendant la grossesse » et estime que 20% des Français en ignorent les risques. C’est pourquoi, elle recommande que l’alcoolisation fœtale soit considérée, « au même titre que le diabète gestationnel et l’hypertension gravidique, comme une maladie chronique qui impose chez la mère une surveillance, des contrôles et des dosages biologiques afin de prévenir les désordres fœtaux ».

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Mardi 29 Mars 2016 : 09h23
Mis à jour le Mardi 29 Mars 2016 : 10h35
Source : Rapport « Alcoolisation fœtale : de nouveaux outils efficaces au service des mères et des enfants en danger », Académie de médecine, 24 mars 2016.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés