Strabisme

© getty

Le strabisme est une déviation d'un œil par rapport à l'autre, causée par un déséquilibre des tensions des muscles des yeux, c'est-à-dire les muscles extra-oculaires qui permettent de tourner et d'aligner les yeux.

Publicité

Strabisme : Comprendre

Le strabisme n'est pas seulement un problème de nature esthétique. Non traité, le strabisme entraîne généralement des conséquences graves pour la vision.

En effet, chez les personnes dont les yeux sont bien alignés, chaque œil transmet une image distincte au cerveau, et celui-ci les fusionne en une seule image. C'est la vision binoculaire. Chez les strabiques, les cellules responsables de la vision binoculaire sont généralement touchées, car les yeux ne sont plus alignés. Le cerveau ne peut fusionner les deux images qu'il reçoit. Par conséquent, la personne strabique voit double.

Chez le jeune enfant, pour éviter cette vision double, le cerveau n'utilise qu'un seul œil et ne reçoit ainsi qu'une image. L'œil négligé peut devenir paresseux, ou amblyope (voir l'encadré), et la personne strabique peut perdre presque complètement la vision de cet œil.

Touchant de 2 % à 4 % de la population, le strabisme peut être présent à la naissance (strabisme congénital), mais il peut aussi apparaître après l'âge d'un an (strabisme acquis).

Il existe plusieurs formes de strabisme :

Strabisme convergent

  • déviation de l'œil (ou des deux yeux) vers le nez ;
  • représente 90 % de tous les cas de strabisme ;
  • peut être congénital ;
  • s'il est acquis, il apparaît généralement avant l'âge de trois ans.

Strabisme divergent

  • déviation d'un œil vers l'extérieur, tandis que l'autre regarde devant ;
  • peut toucher les deux yeux en alternance chez l'enfant ;
  • rarement congénital ;
  • strabisme acquis, généralement observé après l'âge d'un an ;
  • déviation de l'œil plus manifeste lorsque l'enfant est distrait ou fatigué et, surtout, lorsqu'il regarde au loin, par exemple lorsqu'il regarde la télévision (la plupart du temps, il a les yeux droits, par exemple, lorsqu'il regarde ses doigts ou son biberon) ;
  • déviation de l'œil vers l'extérieur habituellement intermittente, ce qui a l'avantage de maintenir la fonction de chaque œil et de préserver la vision binoculaire.

Strabisme vertical

  • déviation d'un œil vers le haut ou vers le bas, tandis que l'autre, normal, regarde devant ;
  • forme rare de strabisme ;
  • généralement associé à un strabisme convergent ou divergent.

Pseudo-strabisme

  • impression de strabisme convergent, surtout lorsque l'enfant regarde de côté, causée par une racine du nez trop large ;
  • touche 20 % des enfants ;
  • fausse impression ayant tendance à diminuer avec la croissance du visage.

Strabisme : Causes

Hérédité

Elle est la cause de la majorité des cas de strabisme.

Cause inconnue

Il est possible qu'un bébé soit atteint de strabisme même si aucun cas connu n'a été trouvé dans la famille. Dans ce cas, les descendants seront plus susceptibles d'être atteints de strabisme.

Myopie, hypermétropie ou astigmatisme non corrigés

Sans qu'ils soient la cause du strabisme, la présence de l'un ou de l'autre de ces troubles de la vision peut aggraver l'angle de déviation d'un strabisme existant chez un enfant plus âgé ou chez un adulte.

Cécité ou perte tardive de la vision

La perte de vision d'un œil chez l'adulte entraîne habituellement une lente déviation de cet œil vers l'extérieur (strabisme divergent), puisqu'il n'est plus relié à l'autre par la vision binoculaire. Chez l'enfant, c'est plutôt un strabisme convergent que l'on observe dans des cas de perte de vision d'un œil, telle que celle entraînée par une cataracte dans un œil (opacité totale ou partielle du cristallin), une taie cornéenne (tache opaque de la cornée, constituée par une cicatrice à la suite d'une inflammation ou d'un traumatisme), une chorio-rétinite (inflammation de la membrane de l'œil et de la rétine), une atrophie optique, une malformation congénitale ou une tumeur de la rétine (rétinoblastome).

Paralysie des muscles des yeux

Elle peut être due, entre autres, au diabète, à une tumeur cérébrale, à une hypertension intracrânienne, à la sclérose en plaques ou à une autre maladie neurologique, ou encore à une infection virale.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 06 Septembre 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 25 Avril 2014 : 10h30
Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001.
PUB
PUB