Smartphones et tablettes : pire que la télé pour le sommeil des enfants !

Une étude confirme les effets néfastes des écrans sur le sommeil des enfants et donc sur leur santé et leurs résultats scolaires. Pire, les petits écrans tels que smartphones et tablettes seraient pires que les écrans de télévision.
© Istock

Les smartphones et les tablettes sont encore plus néfastes que la télé

Les répercussions négatives d’un usage excessif des écrans sont multiples : poids, sommeil, psychisme, attention, performances scolaires, sédentarité… Les nouvelles technologies ayant littéralement envahi notre quotidien, des chercheurs ont voulu comparer chez les enfants les effets respectifs du traditionnel grand écran, la télévision, déjà largement accusée de bien des maux, à ceux des nouveaux petits écrans que sont les smartphones et les tablettes.

Quelque 2.000 écoliers américains du CM1 à la 5e ont été suivis. Résultat, s’endormir à côté d’un petit ou grand écran réduit respectivement le temps de sommeil de 21 minutes et de 18 minutes par jour de semaine. Ceux qui regardent la télé ou un DVD retardent leur coucher de 4 minutes par heure de visionnage et ceux qui jouent sur un petit écran de 10 minutes par heure.

À noter que dans cette étude, seuls les enfants équipés d’un smartphone ou d’une tablette se plaignent de manquer de sommeil par rapport à ceux qui possèdent une télé dans leur chambre.

Interdire tout type d’écran dans la chambre !

Les smartphones et les tablettes affectent donc encore plus le sommeil des enfants que la télé.

Les causes exactes restent à définir mais elles sont certainement multiples, à commencer par leur interactivité, leur polyvalence et leur émission de lumière bleue dont l’exposition peut modifier la sécrétion de mélatonine et perturber le rythme veille/sommeil.

On en revient toujours aux mêmes conseils : pas d’écran dans la chambre (ni télé, ni tablette, ni smartphone), réglementer le temps d’usage, définir des horaires et des créneaux d’utilisation.

Théoriquement, vous devriez très rapidement constater les effets du respect des telles consignes sur la fatigue, la somnolence, les résultats scolaires, l’humeur, etc.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Falbe J. et al., Pediatrics, 5 janvier 2015, DOI: 10.1542/peds.2014-2306.